www.faune-anjou.org
 Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionature
Accueil
 
Nos partenaires
Consulter
  Les observations
    - 
Les 2 derniers jours
    - 
Les 5 derniers jours
    - 
Les 15 derniers jours
     Cartes en temps réel
       - 
Oedicnème criard 19-20
       - 
Oedicnème criard 2020
       - 
Tadorne de Belon 2020
       - 
Écureuil roux 18-20
       - 
Hérisson d'Europe 2020
       - 
Castor d'Eurasie 18-20
       - 
Loutre d'Europe 18-20
       - 
Vipère aspic 17-19
       - 
Vipère péliade 17-19
       - 
Crapaud épineux 18-20
       - 
Salamandre tachetée 18-20
       - 
Vulcain 2020
       - 
Paon du jour 2020
       - 
Citron 2020
       - 
Azuré du serpolet 17-19
       - 
Ecaille chinée 18-20
       - 
Ecaille chinée 2020
       - 
Scolie hirsute 18-20
       - 
Scolie hirsute 2020
       - 
Rosalie des Alpes 18-20
       - 
Hoplie bleue 18-20
       - 
Graphosome d’Italie (Punaise arlequin) 17-19
       - 
Gendarme 18-19
       - 
Ascalaphe ambré 17-19
       - 
Escargot de Bourgogne 17-19
       - 
Elégante striée 17-19
       - 
Argiope frelon 2020
       - 
Chirocephalus diaphanus 17-19
       - 
Lepidurus apus 17-19
 - 
Galeries photos
Informations
 - 
Toutes les actualités
 - 
Sur votre agenda
  Aide
    - 
Espèces à publication limitée
    - 
Explication des symboles et des codes atlas
    - 
Foire aux questions (FAQ)
  Statistiques d'utilisation
Atlas faune en Maine-et-Loire
 - 
Atlas des oiseaux nicheurs
de Maine-et-Loire
 - 
Les espèces de votre commune
Les communes de votre espèce
 - 
Atlas tous taxons
Enquêtes en cours
Site LPO Anjou
 - 
Site LPO Anjou
Comité d'homologation départemental
 - 
Liste des espèces à homologuer
 - 
Homologations non publiées
(2017-2020)
 - 
Présentation CHD 49
 - 
Homologations publiées
(1995-2016)
 - 
Comité d'homologation national (CHN)
Publications
Synthèses
 - 
Téléchargements
 - 
Synthèses trimestrielles
  Liste des oiseaux de Maine-et-Loire
 - 
Dates d'arrivée des migrateurs prénuptiaux
 - 
Où voir les oiseaux
en Maine-et-Loire ?
 - 
Données de baguage en Maine-et-Loire
 - 
Page test
 - 
Liste des oiseaux de France
 - 
Liste des oiseaux
ouest-paléarctiques
Bases voisines
(Visionature et autres)
Code de déontologie
Faune-Anjou
Listes de discussion
Les liens

Toutes les actualités
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 354
 
vendredi 7 août 2020
Oiseaux
Liste des oiseaux de France 2020

La dernière liste des oiseaux de France (2020), selon les nomenclature et séquence de l’IOC, v. 10.1, est en ligne :

menu « Synthèses » > « Liste des oiseaux de France ».

(Liste publiée récemment dans Ornithos:
COMMISSION DE L’AVIFAUNE FRANÇAISE, 2020.— Liste officielle des oiseaux de France, version 2020 (catégories A, B et C). Ornithos, 27 (3) : 170-185.)

posté par Alain Fossé (admin)
 
jeudi 16 juillet 2020
Mammifères
Mission hérisson, c'est parti !

https://missionherisson.org/login

La Mission hérisson, opérationnelle dès ce 16 juillet, est un observatoire au long cours. Il s’agit d’une enquête de science participative dont le succès repose sur la contribution du plus grand nombre d’enquêteurs possible. N’hésitez pas à vous en faire les ambassadeurs et à en parler autour de vous.

Objectifs ?

La Mission hérisson vise à dresser la carte détaillée de l’espèce, déterminer sa tendance d’évolution et, si les données sont suffisamment abondantes, étudier les variations de densité selon les régions et les habitats, voire tenter d’évaluer l’effectif de la population nationale.
Tous ces éléments sont importants pour connaître l’état de santé d’un petit mammifère dont le déclin est évident dans certaines régions mais hélas non documenté.

Matériel nécessaire ?

Pour participer, il faut s’équiper d’un tunnel à empreintes. Ce petit dispositif est facile à construire. Le site de la Mission hérisson propose des plans précis à respecter absolument pour que les données collectées puissent être comparées. Il est aussi possible de se procurer un kit d’enquête déjà tout prêt.
Un appareil photo numérique, un smartphone, un scanner ou une photocopieuse vous permettront de numériser les relevés d’empreintes et de les poster sur le site national. Pas besoin d’avoir une grande définition.

http://files.biolovision.net/www.faune-anjou.org/userfiles/actus/TunnelempreintesAntoineMEUNIER.jpg

Kit Mission hérisson © Antoine Meunier.

Temps nécessaire à la mission ?

Chaque session d’enquête dure 5 nuits consécutives. Les indices de présence doivent être relevés chaque matin. Cela prend quelques secondes. Les données peuvent être transmises en quelques minutes.
On peut effectuer plusieurs sessions d’enquête chaque année, en un même lieu ou dans des habitats différents et nous vous invitons à renouveler l’opération chaque année.

Comment procéder ?

Après avoir positionné le tunnel (fixé avec des sardines s’il est léger), il convient de l’appâter avec quelques croquettes, d’enduire les tampons d’encre naturelle faite à base de charbon et d’huile végétale et de disposer deux feuilles de papier à chaque entrée du tunnel.
À partir de là, tout petit gourmand ou tout petit curieux laissera la trace de son passage. Dès lors, vous allez pouvoir jouer les inspecteurs et déterminer quelle espèce a emprunté votre tunnel. En cas de doute, la communauté des experts de la mission, vous aidera dans vos déterminations.

http://files.biolovision.net/www.faune-anjou.org/userfiles/actus/Empreinteshrissonlite.jpg


Pour transmettre vos observations, pas besoin de saisie compliquée. Il suffit de faire un cliché des pages d’empreintes et de les poster sur le site missionherisson.org, développé en partenariat avec Mosaic, centre de compétence du Muséum national d’histoire naturelle et de l’université de la Sorbonne.

Quand ?

Quand vous le souhaitez, mais un délai de six semaines doit être respecté si vous souhaitez renouveler une session d’enquête sur un même site. Durant cette période, n’hésitez pas à positionner votre tunnel ailleurs ou à le prêter à vos proches pour que d’autres relevés soient effectués.

Où ?

Partout où vous voulez, dans le respect des règles de propriété privée. Cela peut être votre jardin, celui de vos proches, une haie près de chez vous, le site de vos vacances, votre petit coin de nature privilégié…
Petit conseil : disposez le tunnel le long d’une structure linaire comme une haie, un muret ou un alignement de buissons.

Rendez-vous sur missionherisson.org

Pour découvrir comment obtenir ou construire un tunnel à empreintes, tout savoir sur le hérisson, comment contribuer à l’enquête, transmettre vos observations et bien plus encore, rendez-vous sur le site de l’enquête.

Contact  : mission.herisson@lpo.fr

http://files.biolovision.net/www.faune-anjou.org/userfiles/actus/Mission6etapes.JPG

posté par Alain Fossé (admin)
 
vendredi 10 juillet 2020
Oiseaux
Gobemouches gris géolocalisés…

Dans le cadre de son travail sur le Gobemouche gris Muscicapa striata et de son proche cousin le Gobemouche tyrrhénien M. tyrrhenica (v. les derniers Ornithos*), Frédéric Jiguet (directeur adjoint du CRBPO/MNHN) a posé une dizaine de photomètres géolocalisateurs (global location sensor, GLS)** sur des Gobemouches gris dans différents coins de France en 2019. Ces derniers, d’une autonomie de 8 mois devaient permettre de couvrir la migration postnuptiale et l’hivernage de l’espèce (Afrique équatoriale et australe).

Deux d’entre eux étaient posés sur un couple nichant dans une vigne vierge sur la façade de ma maison à Tiercé.

Mais pour analyser les données, encore fallait-il recapturer les oiseaux pour récupérer les GLS car ce ne sont pas des balises qui émettent des signaux relayés par les satellites.

Cette année, un couple s’installe courant juin à 3 m du nid occupé l’an passé. Suspense ! Manque de chance, aucun des oiseaux n’est bagué et porteur de GLS.

C’est dans le bois proche que je localise finalement un oiseau équipé. Il s’agit de la femelle et je localise le nid à 8 m de haut sur une branche de chêne. Si le mâle (non bagué) est capturé assez rapidement avec un filet classique, la femelle résiste et n’est toujours pas prise après trois tentatives avec divers dispositifs. Finalement, c’est avec un filet monté à plus de 8 m sur des perches en bambou rallongées avec des morceaux de canne à pêche que la femelle est finalement capturée le 10 juillet, et le GLS récupéré ! Ouf !

Un nouveau GLS est par ailleurs posé sur le mâle nichant à la maison.

Même densité que l’an passé avec au moins trois couples en moins de 400 m et nidification tardive puisque dans deux nids, les poussins sont à moins d’une semaine de l’envol.

L’analyse à venir des données nous permettra d’en savoir un peu plus sur les zones d’hivernage du Gobemouche gris et si ces zones diffèrent de celles occupées par le G. tyrrhénien.

Si vous voyez des gobemouches gris chez vous, regardez s’ils sont bagués et les bagueurs angevins tenteront la capture pour les contrôler.

Gilles Mourgaud

 

*OLIOSO G., THIBAULT J.-Cl., PIACENTINI J., PONS J.-M., 2019.— Le Gobemouche tyrrhénien : nouvel endémique des îles de Méditerranée occidentale. Ornithos, 26 (2) : 67-77.

WROZA St., 2019.— Le Gobemouche tyrrhénien M. tyrrhenica : un exemple de vocalisation extrême. Ornithos, 26 (2) : 78-82.

JIGUET Fr., 2020.— Identifier le Gobemouche des Baléares Muscicapa tyrrhenica balearica en France. Ornithos, 27 (2) : 112-125.

**Les photomètres sont de petits appareils électroniques, pesant moins de 0,8 g et attachés sur le dos des oiseaux avec un harnais. Ils enregistrent l’intensité lumineuse, et s’ils sont récupérés, les données permettent de recalculer la position approximative du photomètre, donc de l’oiseau, à partir de la durée du jour et de la nuit, et de l’heure du zénith, dépendant chacun de la latitude et de la longitude à une date donnée. V. l’étude sur le Bruant ortolan et le blog du CRBPO.

http://files.biolovision.net/www.faune-anjou.org/userfiles/PHOTOS/musstr150502rw.jpg
© Alain Fossé

posté par Alain Fossé (admin)
 
mercredi 17 juin 2020
Taille des photos importées dans Faune-Anjou

Photographes, si vous vous êtes déjà posé la question de la taille des photos à importer dans Faune-Anjou :

  • Si la photo s’inscrit dans un rectangle de 675 x 450 pixels elle est importée telle quelle, sans aucune modification, cela permet donc à l’observateur de faire les traitements optimisés qu’il veut pour cette taille (v. ci-dessous).
  • Si l’image est plus grande que 3 072 x 3 072, elle est refusée d’office.
  • Si elle est comprise entre 675 x 450 et 3 072 x 3 072, une copie de l’image originale est conservée et l’image est redimensionnée pour qu’elle s’inscrive dans le rectangle de 675 x 450 (horizontal ou vertical).

Il peut arriver parfois qu’une image plus petite que 3 072 x 3 072 soit quand même refusée car elle prend trop de mémoire une fois décompressée (c’est le cas des images JPG fortement compressées p. ex.).

exemple: cette photo fait 675 x 450 pixels (env. 100 ko)Hirondelles rustiques juvéniles, Bouchemaine, 13·6·20 (A. Fossé)

Hirondelles rustiques juvéniles, Bouchemaine, 13·6·20 (© A. Fossé)…
 

… photo traitée à partir de cet original (4000 x 3000 px, 3,8 Mo)

http://files.biolovision.net/www.faune-anjou.org/userfiles/PHOTOS/hirica200613162318_1.jpg

Alain Fossé

posté par Alain Fossé (admin)
 
mardi 19 mai 2020
30 & 31 mai 2020 - Week-end national de comptage des oiseaux des jardins

Cette année encore, l’Observatoire organise un week-end national de comptage le dernier week-end de mai. Nous espérons que vous serez nombreux à y participer !

Pour ceux qui ne connaissent pas encore, il s’agit de compter durant 1 h les oiseaux de son jardin, soit le samedi, soit le dimanche puis d’enregistrer ses observations sur Faune-Anjou.

Tout comme le comptage des oiseaux en hiver réalisé en janvier (dont les résultats des années précédentes sont disponibles ici_(résultats du comptage de janvier 2020 encore en cours de traitement), il permettra d’évaluer la richesse écologique des jardins et d’effectuer un suivi des populations d’oiseaux communs durant la saison de reproduction.

Comment faire ?

  • Choisir un jour de comptage, soit le samedi 30, soit le dimanche 31.
  • Trouver le lieu ! Idéalement un jardin, public ou privé, pas d’importance ! Il vous est aussi possible de participer si vous ne possédez qu’un balcon ou une cour.
  • Observer et noter durant 1 h tous les oiseaux qui visitent votre jardin. Le créneau horaire d’observation est libre, à vous de le choisir en privilégiant la matinée, moment où les oiseaux sont le plus actifs en cette période. Pour chaque espèce, ne dénombrez que l’effectif maximum d’oiseaux observé simultanément et ne comptez pas les oiseaux observés simplement en vol.

Pour vous aider

Vous pouvez retrouver nos fiches d’identification des espèces.

N’hésitez pas à consulter nos fiches confusions, afin d’éviter les erreurs d’identification entre les espèces proches.

Si vous souhaitez vous entraîner à reconnaître les espèces, nous vous invitons à faire les quizz suivants : quizz 1 ; quizz 2 ; quizz 3.

Une fiche de terrain est à votre disposition au téléchargement ici : Fiche de comptage des oiseaux des jardins (à ne pas renvoyer !).

Si malgré cela vous rencontrez un problème pour l’identification d’un oiseau, envoyez une photo à l’adresse de l’Observatoire (oiseauxdesjardins@lpo.fravant le 15 juin 2020. Nous vous aiderons à l’identifier afin de pouvoir l’ajouter à la liste des espèces observées ce week-end !

Pour toutes précisions ou questions : oiseauxdesjardins@lpo.fr

Voir aussi notre page Observatoire/Oiseaux des jardins

Rendez-vous au jardin les 30 & 31 mai prochains !

http://files.biolovision.net/www.faune-anjou.org/userfiles/actus/Affichecomptagemai2020Final.jpg

posté par Alain Fossé (admin)
 
samedi 16 mai 2020
Statistiques de l'opération « Confinés mais aux aguets »

Les stats #Acasa sont en ligne ici

http://files.biolovision.net/www.faune-anjou.org/userfiles/actus/statsconfinement.png

Vous pouvez comparer les pays.

Quelques remarques :

  • Pour les DOMs, il n’y a pas de carte car c’est calculé avec la grille européenne ce qui pose quelques problèmes ;
  • De même, l’entrée « Tous les pays » ne concerne que l’Europe, il n’y a pas les espèces des DOMs (mais ils peuvent voir leurs pages privées sans soucis) ;
  • Les stats vont du 15 mars au 15 mai et ne sont plus mises à jour (sauf potentiellement manuellement si vraiment nécessaire). 
posté par Alain Fossé (admin)
 
mardi 12 mai 2020
Déconfinement… Attention à nos comportements !

Pour que le déconfinement ne soit pas un massacre pour la faune sauvage !

Dans la perspective du déconfinement qui vient de débuter, comme toutes les têtes de réseau de la protection de la nature en France, la LPO Anjou alerte !

En effet, avec l’arrêt durant 8 semaines de la fréquentation humaine sur les bords de rivières et en forêts comme dans la plupart des chemins de nos campagnes, la biodiversité s’est fait la part belle, notamment les oiseaux qui ont fait leur nid dans des territoires calmes et silencieux.

Le printemps n’attend pas et le cycle de la nature nous rappelle qu’en notre absence les espèces occupent les espaces appropriés pour assurer leur reproduction. Les bancs de sable de Loire, comme beaucoup d’autres zones laissées tranquilles n’ont pas échappé à cette règle et ce n’est pas sans conséquence !

Depuis la mi-mars la plupart des espèces se sont installées à la fois sur leurs zones habituelles mais aussi sur ces nouveaux territoires laissés disponibles, ont construit leur nid souvent à même le sol. La couvaison des œufs qui ressemblent à des galets est en cours et une première nichée voire parfois une seconde auront lieu jusqu’au 15 juillet. C’est d’ailleurs pour ce motif que des arrêtés préfectoraux interdisent depuis plusieurs années l’accès aux grèves et îlots de Loire équipés de panneaux entre le 1er avril et le 15 août.

En s’installant sur des zones habituellement fréquentées par le public pour se promener et pour des activités sportives, récréatives ou de baignades, des espèces vulnérables se sont mises en danger. En période de déconfinement, lorsque les accès seront autorisés de nouveau, l’appel de la nature et des espaces naturels devrait nous mener inexorablement vers les rivages et les sentiers des campagnes et des forêts !

L’année 2020 qui semblait exceptionnelle pour la reproduction pourrait s’avérer catastrophique : œufs écrasés, nichées piétinées, poussins séparés de leurs parents, voire dévorés par les chiens non tenus en laisse !

La LPO Anjou en appelle à la vigilance et à la plus grande attention du public quand tous ces sites réouvriront et que les promenades tant désirées après ce long confinement pourront reprendre. Attention où vous mettez les pieds ! Tenez vos chiens en laisse afin que tous ces nids, poussins et autres jeunes animaux ne soient pas les victimes collatérales de la Covid 19.

Merci pour eux…

Le conseil d'administration de la LPO Anjou

 

Message de France Nature Environnement (FNE)

Message de Office National des Forêts (ONF)

posté par Édouard Beslot
 
mardi 5 mai 2020
Oiseaux
Cigognes blanches baguées en France

Le programme porte sur l’étude de la biologie, de la dynamique et des comportements migratoires de la Cigogne blanche Ciconia ciconia. Cette espèce a failli disparaître dans les années 1970, sa population s’étant restreinte à 11 couples dans l’Est de la France. Depuis, et ce, grâce à des programmes de conservation, aux lois de protection, à l’interdiction de la chasse sur cet oiseau, aux meilleures conditions climatiques d’hivernage en Afrique…, la population française se redynamise, apportant alors un nouvel espoir à l’espèce. Aujourd’hui, environ 4 500 couples se reproduisent sur l’ensemble du pays et, chaque année, deux grands mouvements migratoires sont observés par le plus grand nombre d’entre nous.

Ces dernières années, la Cigogne blanche a su s’adapter à la fois aux menaces climatiques, mais également aux activités humaines, présentes tant sur ses sites de reproduction, que sur les zones d’hivernage. Ce grand migrateur, originellement subsaharien, foule de moins en moins le sol africain, et tend davantage à passer l’hiver sur nos marais mais aussi sur les décharges à ciel ouvert françaises, espagnoles et portugaises.

Si le baguage démontre un intérêt scientifique incontournable dans l’étude de la biologie d’une espèce, le contrôle de ces bagues n’en est pas moins important. En effet, le contrôle des bagues métalliques et DARVIC posées sur ces oiseaux constitue la finalité et l’aboutissement de l’étude d’un individu. Ainsi, de nombreuses connaissances scientifiques ont été acquises par ce biais : dates de départ et d’arrivée de migration, nouvelles zones d’hivernage, proximité au site de naissance d’un individu en première reproduction, taux de survie des individus bagués, etc.

Le site www.ciconiafrance.fr a donc été créé pour vous permettre de nous transmettre vos observations sur la Cigogne blanche. Votre participation nous permettra d’écrire l’histoire de chaque oiseau bagué. Vous pouvez également, grâce à la bague DARVIC, consulter l’histoire de l’individu observé.

Et continuez quand même à transmettre vos contrôles/reprises à Alain Fossé, vous retrouverez les historiques des oiseaux contrôlés/repris en Maine-et-Loire sur la page.

http://files.biolovision.net/www.faune-anjou.org/userfiles/baguage/Capturedecran2020-05-06a16.51.26.png

Tutoriel de reconnaissance des bagues DARVIC

http://files.biolovision.net/www.faune-anjou.org/userfiles/baguage/ciccic170803BUPN084214rw.jpg

3·8·17, Soulaire-et-Bourg, © Alain Fossé

Acrola

(NB : Les Goélands argentés, bruns, leucophées et marins, bagués couleur du secteur Nord-Gascogne (Loire-Atlantique, Morbihan et Vendée, programme géré par Bretagne Vivante) bénéficient du même genre de site, v. page et les données angevines de baguage.)

posté par Alain Fossé (admin)
 
jeudi 30 avril 2020
Appel à soutien : Faune France et ses bases associées

http://files.biolovision.net/www.faune-anjou.org/userfiles/actus/FFnoirLeger-8901.png

 

Contribuez aux nouveaux développements de Faune-France et de ses bases associées

Faune-France est un portail naturaliste qui permet la consultation d’une banque de données de plus de 50 millions d’informations collectées par un important réseau de naturalistes bénévoles et professionnels, issus d’une cinquantaine d’associations naturalistes.

Faune-France permet de saisir vos observations partout en France métropolitaine. Vous pouvez aussi utiliser l’application mobile NaturaList (Android) ou les portails locaux.

Grâce à un lot d’informations naturalistes sans équivalent, Faune-France permet d’améliorer très sensiblement la connaissance du patrimoine naturel. Il s’agit d’une étape essentielle pour la mise en œuvre d’actions de conservation efficaces.

Cet appel à dons a pour objet de mobiliser les ressources nécessaires à financer, ou contribuer à financer, les nouveaux développements du portail FauneFrance, de ses bases (telle que la nôtre en Anjou sur laquelle vous vous trouvez) et outils associés.

Par votre don, vous soutenez efficacement le combat quotidien des associations de protection de la nature et contribuez activement à la connaissance et la préservation de la biodiversité.

Vous favorisez par ailleurs l’indépendance financière de la démarche Faune-France.

↓ Merci de contribuer ! ↓

http://files.biolovision.net/www.faune-anjou.org/userfiles/divers/jedonne-6699.png

posté par Alain Fossé (admin)
 
dimanche 26 avril 2020
Confinés mais aux aguets : bilan du mois écoulé

https://cdnfiles2.biolovision.net/www.faune-france.org/pdffiles/news/Athnoc20121227-7174.JPG

La Chevêche d'Athéna a été repérée dans près de 140 localités durant ce premier mois de confinement. © Philippe Jourde.

 

L'opération « Confinés mais aux aguets » consiste à noter, idéalement sous forme de listes complètes, tous les animaux que l'on observe de son site de confinement. Le programme vise essentiellement les oiseaux et les papillons, mais toutes les espèces peuvent être notées.

Quelles données ?

Dans ce petit bilan, seules sont considérées les données du programme Oiseaux des jardins (par définition collectées chez soi) et celles issues de Faune-France et des bases partenaires marquées du code étude ou du commentaire « [ACasa] Confinés mais aux aguets » et collectées sous forme de listes. L'analyse porte sur la période 19.3-19.4.2020.

Une participation importante

La participation à l'opération est importante et a suscité de nombreuses nouvelles inscriptions à Oiseaux des jardins, mais aussi, dans une moindre mesure, à Faune-France. Vous avez été 16 596 à transmettre des informations sous forme de listes via le module « Oiseaux des jardins » (15 659 observateurs, 94 %) et via Faune-France (957 observateurs, 6 %).

http://files.biolovision.net/www.faune-france.org/userfiles/RougequeuefrontblancPatrickOgerlite.jpg

Rougeque à front blanc mâle au bain en Maine-et-Loire. © Patrick Oger

Un inventaire impressionnant

L’inventaire des oiseaux s’appuie sur 528 596 données, dont 412 942 via l’Observatoire des oiseaux des jardins (78 %). Près de 116 000 données ont été collectées par listes complètes. Il est intéressant de noter que les 6 % des observateurs de l’opération Confinés ont collecté 22 % des données.

Au total, l’inventaire porte sur un impressionnant chiffre de 241 espèces dans le cadre de Confinés mais aux aguets et 217 d’Oiseaux des jardins !

Du plus fréquent au plus exotique

Beaucoup de contributeurs sont confinés en zones urbaines et ont l’occasion d’observer les espèces anthropophiles, des jardins et des parcs, mais aussi des oiseaux bien plus exotiques (Capucin bec-de-plomb, Diamant mandarin, Inséparable rosegorge, Martin triste, Mésange azurée [!], Perruche alexandre, Tourterelle rieuse…). Les espèces les plus fréquemment mentionnées demeurent le Merle noir, le Moineau domestique, la Mésange charbonnière et le Pigeon ramier.

http://files.biolovision.net/www.faune-france.org/userfiles/NEws/Martintriste-PhilippeGeniezlite.jpg

Martin triste observé à Frontignan. © Philippe Geniez

De la mer à la montagne

Certains chanceux ont vue sur la mer et notent depuis leur balcon ou leur jardin des espèces pélagiques et côtières (Bécasseau sanderling, Fou de Bassan, Guillemot de Troïl, Puffin des Baléares, Plongeon imbrin…).

D’autres peuvent, toujours de chez eux, observer des étangs, une rivière ou une lagune et ont pu noter une impressionnante diversité d'oiseaux d'eau (Cincle plongeur, Flamant rose, Harle bièvre, Ibis falcinelle, Sternes caspienne ou hansel…).

http://files.biolovision.net/www.faune-france.org/userfiles/NEws/PicvertJPMarielite.jpg

Pic vert normand. © Jean-Pierre Marie

Les forestiers nous offrent tous le cortège des pics (7 espèces), des mésanges (7 espèces), les deux grimpereaux, le Pouillot siffleur et l’Autour des palombes.

Les résidents méridionaux complètent la liste avec le cortège des espèces méditerranéennes (Coucou geai, Étourneau unicolore, Faucon crécerellette, Fauvette passerinette, Guêpier d’Europe, Hirondelle rousseline, Moineau cisalpin, Rollier d’Europe et même le rarissime Cochevis de Thékla !).

http://files.biolovision.net/www.faune-france.org/userfiles/NEws/Petit-DucThibautFerrieux.jpg

Petit-Duc scops, tout près d'une maison ardéchoise. © Thibaut Ferrieux

 

Enfin, les montagnards mentionnent, quant à eux, des espèces bien différentes, dont la rare Chevêchette d’Europe, repérée d’un jardin,  ou le Chocard à bec jaune, ainsi que tous les grands rapaces à l’exception, pour le moment, du Gypaète barbu et du Percnoptère d’Égypte.

Migrateurs

Fort heureusement pour tous, des millions d’oiseaux migrent et survolent quotidiennement nos maisons, parfois se posent dans les jardins. Soixante-sept Balbuzards pêcheurs ont été observés, des Grues cendrées, des Merles à plastron (115 données) mais aussi de nombreux limicoles, comme le Courlis corlieu, ou des passereaux classiquement moins détectés comme la Gorgebleue à miroir.

http://files.biolovision.net/www.faune-france.org/userfiles/NEws/BusardcendrMichelAgronlite.jpg

Busard cendré près des immeubles, en périphérie de Meulin. © Michel Agron

Les passionnés de migration nocturne ont repéré de nombreuses vocalisations, dont celles des rares Butor étoilé, Marouettes ponctuée et de Baillon ou celles, plus ténues, du Pipit à gorge rousse.

Et du côté des papillons ?

Plus de 2 000 observateurs ont transmis des données de papillons, dont quelques-uns par listes complètes. À ce jour, mais la saison ne fait que commencer, 51 espèces ont été inventoriées. Les plus fréquemment observées sont le Tircis, le Citron et l’Azuré des Nerpruns. Un observateur a eu la chance de détecter la présence du Damier de la succise, protégé au plan européen.

http://files.biolovision.net/www.faune-france.org/userfiles/NEws/FlambMarcBrenezechlite.jpg

Flambé sur un cerisier en fleur. © Marc Benezech

Bravo à tous pour ces passionnantes observations. Nous comptons sur vous pour continuer à transmettre vos informations, idéalement transmises sous forme de listes.

posté par Philippe Jourde, vendredi 24 avril 2020, 08:31

En Maine-et-Loire, du 19 mars au 19 avril, ce sont 1 036 données qui ont été marquées [Acasa] (831 fournies en listes complètes, soit 80,2 % des données).
 
23 observateurs sur 24 ont fourni les observations sous forme de listes.
 
75 espèces ont été signalées (51 par listes), nombre de données par espèce ci-dessous:
Merle noir
70
Mésange charbonnière
60
Pinson des arbres
58
Rougegorge familier
55
Accenteur mouchet
53
Mésange bleue
52
Moineau domestique
50
Pigeon ramier
50
Pie bavarde
42
Étourneau sansonnet
37
Corneille noire
35
Chardonneret élégant
33
Fauvette à tête noire
33
Tourterelle turque
32
Rougequeue noir
30
Verdier d'Europe
27
Bergeronnette grise
23
Pic vert
22
Serin cini
21
Grive musicienne
17
Troglodyte mignon
17
Mésange nonnette
16
Pic épeiche
14
Hirondelle rustique
12
Coucou gris
11
Mésange à longue queue
11
Pouillot véloce
11
Faisan de Colchide
9
Bruant zizi
8
Faucon crécerelle
8
Alouette des champs
7
Buse variable
7
Pigeon biset domestique
7
Sittelle torchepot
7
Martinet noir
6
Rossignol philomèle
5
Busard Saint-Martin
4
Corbeau freux
4
Héron garde-boeufs
4
Huppe fasciée
4
Mouette mélanocéphale
4
Oedicnème criard
4
Choucas des tours
3
Épervier d'Europe
3
Linotte mélodieuse
3
Perdrix rouge
3
Roitelet à triple bandeau
3
Alouette lulu
2
Bouscarle de Cetti
2
Caille des blés
2
Canard colvert
2
Chevêche d'Athéna
2
Geai des chênes
2
Grand Cormoran
2
Grimpereau des jardins
2
Grosbec casse-noyaux
2
Héron cendré
2
Pigeon colombin
2
Bihoreau gris
1
Bruant proyer
1
Chouette hulotte
1
Foulque macroule
1
Goéland leucophée
1
Grive draine
1
Loriot d'Europe
1
Mésange huppée
1
Milan noir
1
Perruche à collier
1
Petit Gravelot
1
Pic épeichette
1
Pipit des arbres
1
Pipit farlouse
1
Rougequeue à front blanc
1
Spatule blanche
1
Traquet motteux
1
 

posté par Alain Fossé (admin)
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 354

Ligue pour la Protection des Oiseaux délégation Anjou
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2020