www.faune-anjou.org
 Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionature
Accueil
 
Nos partenaires
Consulter
  Les observations
    - 
Les 2 derniers jours
    - 
Les 5 derniers jours
    - 
Les 15 derniers jours
     Cartes en temps réel
       - 
Hirondelle rustique 2019
       - 
Hirondelle de rivage 2019
       - 
Hirondelle de fenêtre 2019
       - 
Martinet noir 2019
       - 
Fauvette pitchou 2019
       - 
Fauvette pitchou 2018
       - 
Tadorne de Belon 18-19
       - 
Écureuil roux 17-19
       - 
Castor d'Eurasie 2019
       - 
Castor d'Eurasie 17-18
       - 
Loutre d'Europe 2019
       - 
Loutre d'Europe 17-18
       - 
Vipère aspic 17-19
       - 
Vipère péliade 17-19
       - 
Rainette verte 17-19
       - 
Mulet porc 17-19
       - 
Argus vert 2019
       - 
Pyrale du Buis 17-19
       - 
Grillon champêtre 2019
       - 
Mante religieuse 17-19
       - 
Phasme gaulois 17-19
       - 
Coccinelle à sept points 2019
       - 
Punaise américaine 17-19
       - 
Ascalaphe ambré 17-19
       - 
Escargot de Bourgogne 17-19
       - 
Elégante striée 17-19
       - 
Argiope frelon 17-19
       - 
Chirocephalus diaphanus 17-19
       - 
Lepidurus apus 17-19
 - 
Galeries photos
Informations
 - 
Toutes les actualités
 - 
Sur votre agenda
  Aide
    - 
Qui fait quoi ?
    - 
Espèces à publication limitée
    - 
Explication des symboles et des codes atlas
    - 
Foire aux questions (FAQ)
  Statistiques d'utilisation
Atlas faune en Maine-et-Loire
 - 
Atlas des oiseaux nicheurs de Maine-et-Loire
 - 
Les espèces de votre commune/les communes de votre espèce
 - 
Atlas tous taxons
Enquêtes en cours
Site LPO Anjou
 - 
Site LPO Anjou
Comité d'homologation départemental
 - 
Homologations non publiées (2015-2018)
 - 
Liste des espèces à homologuer
 - 
Présentation CHD 49
 - 
Homologations publiées (1995-2014)
 - 
Comité d'homologation national (CHN)
Publications
Synthèses
  Liste des oiseaux de Maine-et-Loire
 - 
Dates d'arrivée des migrateurs prénuptiaux
 - 
Synthèses trimestrielles
 - 
Téléchargements
 - 
Où voir les oiseaux en Maine-et-Loire ?
 - 
Données de baguage en Maine-et-Loire
 - 
Liste des oiseaux de France
 - 
Liste des oiseaux ouest-paléarctiques
Bases voisines
Code de déontologie Faune-Anjou
Listes de discussion
Les liens

Toutes les actualités
page :
 
<
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 313
 
mardi 13 mars 2018
Amphibiens
Atlas herpétologique des Pays de la Loire

C’est parti pour la 3e année !

La Coordination régionale LPO Pays de la Loire et l’Union régionale des CPIE ont lancé en 2016 un Atlas de répartition sur les amphibiens et reptiles. Le projet se base en grande partie sur les observations aléatoires que tout un chacun peut effectuer lors de ses pérégrinations naturalistes. En outre, vous êtes certainement nombreux à observer des Crapauds communs, Lézards des murailles ou bien encore des Orvets fragiles dans votre jardin, votre potager, dans votre garage… Ces observations sont précieuses. N’hésitez pas à nous en faire part via notre base de données en ligne (www.faune-anjou.org). Si vous possédez une mare, que vous y avez déjà vu des grenouilles ou des tritons mais que vous ne savez pas les identifier, prenez des photos et envoyez-les-nous, nous vous aiderons à mettre un nom sur ces « bêtes » qui peuplent votre mare !

Pour rappel un site Internet a été mis en place dans le cadre du projet d’atlas par le Groupe hérpétologique des Pays de la Loire : www.groupeherpetopdl.org. Vous pouvez y retrouver des documents d’aide à l’identification des espèces, l’ensemble des cartes espèces mises à jour à la fin de 2017 à l'échelle régionale et les dates des temps forts qui rythment l’atlas (formations, week-ends de prospection). Vous pouvez d’ores et déjà noter les dates du 5 et 6 mai (et vendredi 4 au soir) pour le week-end de prospections concertées qui se déroulera en Anjou dans le sud du Segréen à l’ouest d’Angers.

Si vous souhaitez vous impliquer plus fortement dans le projet n’hésitez pas à venir vers nous afin que nous vous orientions dans les prospections autour de chez vous (espèces à cibler, espèces manquantes, sites à inventorier…). D’une manière générale, suite à la réunion des coordinateurs du projet qui a eu lieu début janvier, quelques manques ont déjà été répertoriés en Anjou :

  • Couleuvre helvétique (de son ancien nom, Couleuvre à collier) : carte de répartition montrant un trou entre Mauges et Saumurois… Réelle absence ou biais de prospection ?
  • Crapaud calamite : actualisation des données anciennes (= « L’espèce est-elle toujours présente ? »).
  • Grenouille agile : carte de répartition montrant un trou dans le Segréen.
  • Grenouille rousse : actualisation des données anciennes du Baugeois.
  • Triton crêté : carte de répartition montrant un trou dans le sud du Baugeois (nord vallée de l’Authion).
  • Triton marbré : actualisation des données anciennes.
  • Triton ponctué : à rechercher dans les Basses Vallées Angevines et en bords de Loire, en particulier sur le secteur amont (Ponts-de-Cé à Montsoreau).
  • Vipère péliade : actualisation des données anciennes…

Avec le redoux et les pluies fines qui règnent en ce moment, n’hésitez pas à faire quelques sorties pour tenter de répondre à ces interrogations.

ContactÉdouard Beslot

Triton marbré, femelle (Photo : Benoît Marchadour)

posté par Édouard Beslot
 
mardi 13 mars 2018
Nouveau module mortalité

La saisie est désormais possible depuis l’application téléphone NaturaList (pensez à faire une mise à jour !). Vous pouvez désormais indiquer si l'animal est blessé ou mort et en noter clairement la cause. Il permet aussi de renseigner les cas de blessure ou de décès de cause inconnue.

De plus, le module a été amélioré (meilleure ergonomie) sur le portail de saisie en ligne.

Nous vous invitons à utiliser le module mortalité systématiquement quand l'occasion se présente : amphibiens ou mammifères écrasés sur la route, choc contre une baie vitrée, chute d'une chouette dans une cheminée, échouage d'un dauphin sur une plage…

L’accumulation des données permet d’identifier des « points noirs » et ainsi travailler à limiter voire arrêter les impacts !

À titre d’exemple, 2 crapauducs (dispositif de franchissement des routes pour les amphibiens) existent en Maine-et-Loire (Rou-Marson et Angers) et récemment un écuroduc (pour les écureuils) a été installé à Angers.

posté par Édouard Beslot
 
mardi 6 mars 2018
Oiseaux
Estimation des Populations d’Oiseaux Communs (EPOC)

Avec le redoux qui arrive, l'activité des oiseaux chanteurs se fait de plus en plus ressentir. Dans un contexte d'érosion de l'avifaune qui se poursuit, il est primordial de renforcer nos connaissances sur les espèces communes qui voient leur statut se dégrader au gré des listes rouges nationales. Au printemps 2017, la LPO, en collaboration avec le MNHN, a lancé l'enquête EPOC sur les estimations des populations d'oiseaux communs.

Les premiers résultats du printemps 2017 sont encourageants et incitent à poursuivre l’effort en 2018. Avec votre participation active, ce sont près de 8 000 EPOC qui ont été réalisés dans 71 départements par plusieurs centaines d'observateurs.

Pour rappel, le protocole EPOC se résume suivant 5 modalités :

  • Point d’écoute en position fixe sur une durée de 5 minutes ;
  • Point d’écoute placé selon le choix de l’observateur ;
  • Localisation précise de tous les individus contactés ;
  • Comptage exhaustif de tous les individus de toutes les espèces détectées ;
  • Différenciation des individus locaux (posés, chanteurs, petits déplacements) des individus en transit (vol en formation, vol direct, vol haute altitude).

Aucun réplica n’est demandé et l’observateur peut réaliser le nombre de points qu’il souhaite et quand il veut !

Dans le document ci-joint, en plus du contexte de l’enquête et du protocole EPOC, vous trouverez un tutoriel de saisie permettant de saisir facilement vos points d’écoute sur les bases VisioNature (p. ex. Faune-Anjou) ou directement sur le terrain via l’application NaturaList.

Bonnes observations à tous ! 

posté par Édouard Beslot
 
mardi 27 février 2018
Oiseaux
Observatoire des rapaces diurnes

Souvent oublié… pourtant très pertinent pour apprécier l’évolution des rapaces diurnes nicheurs de France !

Ce suivi annuel ou Observatoire rapaces doit permettre d’accroître et d’affiner les connaissances sur l’état des populations et de dégager les tendances et évolutions des rapaces nicheurs de France. Il a donc pour vocation d’orienter les stratégies de conservation des rapaces. Il s’avère notamment être un outil efficace pour déceler d’éventuels déclins et permettre de réagir rapidement. Il est donc un fabuleux outil de connaissance au service de la conservation des rapaces.

C’est la suite de l’enquête Rapaces, lancée entre 2000 et 2002, à laquelle près de 1 700 observateurs avaient participé en recensant tous les rapaces nicheurs diurnes présents sur 1 230 cartes. Suite à cet inventaire, il a été proposé, après discussion avec les coordinateurs, de poursuivre cette enquête sur une base annuelle, avec un échantillonnage très restreint. L’observatoire rapaces reprend strictement les mêmes conditions et le même protocole (carrés identiques, indices de nidification identiques, efforts de prospection similaire) que l’enquête rapaces. Autrement dit, le projet consiste précisément en un recensement le plus exhaustif possible des rapaces nicheurs présents sur un carré de 25 km² dans chaque département. Pour chaque couple recensé, il doit être précisé s’il s’agit d’un couple nicheur certain, probable ou possible (déterminé selon les indices de nidification précisés par la suite). Cinq carrés sont tirés de manière aléatoire chaque année par le CNRS de Chizé. Pour que le projet soit viable et pertinent, au moins un carré doit être recensé par département chaque année. En effet, des simulations réalisées au CNRS de Chizé ont montré que pour les espèces les plus communes, l’estimation nationale de l’abondance est robuste même lorsque l’on ne travaille qu’avec 5 % des carrés centraux. En d’autres termes, avec seulement un carré central sur 20, c’est-à-dire en moyenne seulement un carré par département, il est possible de suivre l’abondance nationale d’une quinzaine d’espèces de rapaces annuellement. Le point crucial est que ces carrés doivent être tirés aléatoirement, pour des raisons de robustesse statistique et donc, de fiabilité des résultats.

Le protocole complet < ici > (site Internet de l’Observatoire rapaces).

En Anjou cette année, les carrés sont :

- 1422 e : nord Loire, partie sud du Segréen ;

- 1423 e : sud Loire, partie est des Mauges ;

- 1621 o : nord Loire, partie ouest du Baugeois (secteur de la forêt de Chambiers) ;

- 1623 e : majoritairement en sud Loire, centré sur Saumur ;

- 1722 o : nord Loire, partie est du Baugeois.

Le 1422 e a trouvé « preneur » et le 1423 e éventuellement, mais si au moins une autre personne vient donner un coup de main. Les carrés peuvent être effectués à plusieurs, alors n’hésitez pas à constituer un groupe pour l’observation ou bien venir aider sur le carré précédent.

La saisie des données se fait sur Faune-Anjou via un module dédié que nous devons au préalable activer, merci de nous contacter si vous voulez participer ! En fonction des espèces il est préférable de commencer dès le mois de mars… Alors n’attendez plus !

Contact : Edouard Beslot

Document à télécharger :  ObsRapacesDiurnestirage2018-7699.pdf
posté par Édouard Beslot
 
lundi 26 février 2018
Oiseaux
Compte rendu du comité d'homologation départemental (CHD49)

Le 17 février dernier, les membres du comité d'homologation départemental de Maine-et-Loire (CHD49) se sont réunis afin de finaliser les derniers avis des fifiches de 2017 et de réviser les listes d'espèces à homologuer (principale et phénologique).

Le CHD 49 a ainsi décidé, à partir du 1.1.18 :

  • de passer la Bécassine sourde en liste principale au vu du peu de données de l'espèce chez nous ;
  • de passer la Marouette ponctuée sur la liste principale pour les sites hors BVA (dans les BVA elle sera à homologuer du 2.9 au 4.4) ;
  • de supprimer la Nette rousse de la liste principale, la Bernache nonnette de la liste phénologique ;
  • de réviser les dates de la liste phénologique d'après la synthèse des observations 2010-2017 de Faune-Anjou qui révèle la phénologie actuelle des espèces non sédentaires.

Vous retrouverez ces listes sur la page Faune-Anjou (avec possibilité de téléchargement au format PDF).

Pour ce qui est des sizerins de l'hiver, le CHD se réunira en session spéciale en avril afin de statuer sur les données : il est demandé aux observateurs, si ce n'est déjà fait, de nous adresser toutes leurs photos. Les données anciennes seront également réattribuées au taxon qui semble le plus pertinent (S. flammé, cabaret ou indéterminé) en fonction des éléments disponibles.

En 2018, les membres du CHD sont : Édouard Beslot, Sylvain Courant, Didier Ferrand, Alain Fossé, Mickaël Jumeau et Éric Van Kalmthout.

(Pour ceux qui ne connaîtraient pas le fonctionnement du CHD, v. page. La liste des oiseaux de Maine-et-Loire est ici. Pour le Comité d'homologation national (CHN) voir page. Fiche d'homologation à télécharger en cliquant sur le triangle blanc.)

Pour le CHD49, Alain Fossé, secrétaire

posté par Alain Fossé (admin)
 
vendredi 2 février 2018
Oiseaux
Bilan Laridés aux dortoirs

Les 12, 13 et 14 janvier derniers les dortoirs de Laridés ont été comptés en Anjou. Les résultats sont les suivants :

  • Lac du Verdon : 6 422 Mouettes rieuses, 1 Goéland cendré, mini. 1 950 Goélands argentés, mini. 1 800 G. bruns, mini. 10 G. leucophées ;
  • Lac de Maine : 12 600 Mouettes rieuses, 10 G. argentés, 1 360 G. bruns, 30 G. leucophées ;
  • Étang de Saint-Aubin/Pouancé : 2 400 Mouettes rieuses, 1 G. cendré, 1 G. argenté, mini. 19 G. bruns ;
  • Loire à Saumur : 1 500 Mouettes rieuses ;
  • Gravières du Sol de Loire/Montjean-sur-Loire : aucun Laridé ;
  • Étang de La Gilière/Saint-Quentin-en-Mauges : aucun Laridé.

Total janvier 2018 (pour comparaison, décembre 2016) :

  • Mouettes rieuses : 22 922 (19 960)
  • Goéland cendré : 2 (1)
  • Goéland argenté : 1 961 (932)
  • Goéland brun : 3 179 (4 703)
  • Goéland leucophée : 40 (108)

Les comptages ont été rendus difficiles, voire impossibles, sur certains sites en raison de la crue de Loire et de ses affluents : un très probable dortoir devait se tenir sur la prairie Bruneau inondée et inaccessible en aval de Montjean-sur-Loire ; de même sur les inondations des Basses Vallées Angevines en amont de l’île Saint-Aubin (où un Goéland marin avait été repéré en après-midi mais non revu ensuite…) ; en outre des dortoirs de Mouettes rieuses ont pu échapper sur des tronçons de Loire en amont des Ponts-de-Cé.

On constate une forte progression du Goéland argenté au lac du Verdon et une diminution du Leucophée, peut-être en relation avec la baisse de son effectif nicheur enregistré en 2017 sur la Loire angevine.

Merci à tous les participants  : M. Aubry, S. Béasse, É. Beslot, D. et P. Bizien, J.-M. Bottereau, Br. Charpentier, S. Codarini, S. Dubuc, D. Farges, D. Ferrand, A. Gérard, C. Lechevallier, J.-M. Logeais, P. Raboin, Fr. Recoquillon, L. Roger, A. Ruchaud et J.-D. Vrignault.

Contact  : Jean-Claude Beaudoin

posté par Édouard Beslot
 
jeudi 25 janvier 2018
Oiseaux
Comptage national Oiseaux des jardins

Pour la sixième année consécutive, la LPO et le Muséum national d'histoire naturelle (MNHN) vous invitent, les 27 & 28 janvier 2018, à consacrer à 1 heure à l’observation des visiteurs ailés de votre jardin.

Comment participer ?

  • Choisissez un jour et un créneau d’observation : samedi 27 ou dimanche 28 janvier, idéalement en fin de matinée, lorsque les températures sont un peu plus chaudes.
  • Choisissez un lieu d'observation : un jardin, une cour, un jardin public ou un balcon.
  • Observez et notez durant 1 heure tous les oiseaux qui fréquentent le jardin. Une fiche d'aide à l'observation rassemblant les principales espèces d'oiseaux qui peuvent y être observées est disponible en téléchargement <<ici>> (attention, certaines espèces présentées - seulement estivantes, hirondelles, martinets… - ne sont pas encore présentes chez nous).
  • Saisissez vos observations sur Faune-Anjou en cliquant « Transmettre les observations de mon jardin ». Si vous possédez déjà un compte il suffit de vous connecter.

Besoin d’aide ?

Pour tout problème technique (inscription, saisie sur le site…) ou pour l'identification d'un oiseau, l'équipe de l'Observatoire est là pour vous apporter son aide. N'hésitez pas à leur envoyer un courriel avec une photo d’un oiseau non identifié ou une description de votre problème à l'adresse : oiseauxdesjardins@lpo.fr

Bonnes observations !

Chardonneret élégant se nourrissant de graines de tournesol (photo : Y. Guenescheau)

posté par Édouard Beslot
 
mercredi 3 janvier 2018
Oiseaux
Les comptages à venir…

Bonne année à tous ! Riche de belles observations naturalistes…

Pour bien commencer l’année plusieurs comptages/enquêtes arrivent rapidement :

  • Week-end du 13-14 janvier

- Dénombrement des Grands Cormorans aux dortoirs : comptage national ; en fin de journée (vendredi 12 janvier) ; pour plus de précisions contacter Édouard Beslot.

- Dénombrement des Laridés aux dortoirs : comptage national ; en fin de journée (samedi 13 janvier) ; pour plus de précisions contacter Jean-Claude Beaudoin.

- Wetlands International : dénombrement des oiseaux d’eau partout en Europe ; en journée, le 13 ou 14 en fonction des sites ; pour plus de précisions contacter Bruno Gaudemer.

  • Week-end du 27-28 janvier

Comptage national Oiseaux des jardins : 1 h à consacrer le samedi ou le dimanche matin pour compter les oiseaux dans son jardin. Les observations doivent être transmises via le module « Oiseaux des jardins » dans Faune-Anjou pour être exploitées (« création » de son jardin au préalable). Pour plus de précisions contacter Édouard Beslot.

posté par Édouard Beslot
 
lundi 20 novembre 2017
Oiseaux
Saisie par liste

Les scientifiques d’une trentaine de pays ont récemment planché sur la question de savoir quelle est la méthode de collecte de données la plus efficace pour promouvoir la connaissance et la protection des oiseaux et, plus largement, de la biodiversité.

La liste fait l’unanimité !

Scientifiques, statisticiens, cartographes et naturalistes sont unanimes. Si toutes les données ont un intérêt, les plus intéressantes sont, de très loin, celles collectées sous forme de listes, et idéalement de listes complètes. On entend par là, un inventaire mené sur un site, durant un pas de temps connu, listant et quantifiant toutes les espèces détectées à vue ou à l’oreille.

Je ne reconnais pas toutes les espèces, est-ce un problème ?

Évidemment, les listes des ornithologues débutants ne seront probablement pas aussi complètes que celles des naturalistes les plus expérimentés. Ce n’est pas grave, il existe des modèles pour corriger ces biais. Au final, une liste de débutant est bien plus exploitable scientifiquement qu’une longue série de données saisies isolément par un spécialiste.

Quelle durée pour mes listes ?

Peu importe. Idéalement toutefois, les listes doivent au moins durer 5 minutes et ne pas excéder deux heures. Plus courtes, elles seront très incomplètes, plus longues, l’observateur perdra beaucoup d’attention et la pression d’observation se diluera. Si vous restez très longtemps sur un site d’observation, il peut être plus intéressant de faire plusieurs séries de liste de 10 minutes, plutôt qu’une longue liste s’étalant sur toute une journée par exemple.

Pourquoi les listes sont-elles si intéressantes ?

Les listes complètes sont extrêmement intéressantes car elles permettent d’évaluer la fréquence de détection des espèces selon la date et le lieu. Cela permet notamment de suivre l’évolution de la date d’arrivée et de départ des espèces migratrices, mais aussi d’évaluer les fluctuations de détectabilité de certaines espèces sédentaires au cours de l’année. Les listes complètes facilitent par ailleurs les calculs de pression d’observation, la modélisation de la répartition spatiale des espèces et l’évaluation de leurs populations.

Comment saisir mes données par liste ?

Sur l’application mobile NaturaList, il suffit de cliquer sur l’icône en haut à droite de l’écran. Idéalement, il convient alors de positionner et dénombrer chaque espèce autour de vous. Quand vous ne détectez plus rien, il suffit de stopper la saisie en cliquant sur le carré jaune en haut à droite. On vous demande alors de confirmer que vous avez noté toutes les espèces que vous êtes en capacité d’identifier.

Sur l’ordinateur, il faut pointer le curseur sur un lieu-dit et choisir « Remplir un formulaire journalier sur ce lieu-dit ».

La France, très en retard sur la saisie par liste !

La quasi-totalité des données ornithologiques sont saisies par liste en Amérique, le taux de couverture des listes est très impressionnant en Grande-Bretagne, en Suisse ou en Allemagne. La France est très en retrait sur ce sujet. Il convient donc que nous fassions collectivement un effort et changions la façon de collecter nos données pour qu’elles contribuent plus efficacement aux suivis et atlas locaux, nationaux et internationaux.

Alors, à vos listes !

posté par Édouard Beslot
 
lundi 13 novembre 2017
Oiseaux
Suivi hivernal des oiseaux communs (SHOC)

La saison redémarre au 1er décembre… Pour ceux qui participent déjà au SHOC n’oubliez pas vos deux passages (décembre et janvier), d’autant qu’ils s’annoncent prometteurs avec l'afflux d'oiseaux nordiques en cours (Grosbecs casse-noyaux, Mésanges noires, Sizerins…).

Et pour tous ceux qui souhaitent se lancer cet hiver, contactez rapidement avant le 1er décembre Reine Dupas (coordinatrice STOC/SHOC 49) afin d’obtenir un carré pour réaliser le suivi (tirage aléatoire MNHN en fonction de votre lieu de résidence).

En pièce jointe vous trouverez le bilan 2014-2017 à l’échelle nationale.

Pour en savoir plus sur le protocole et les finalités du SHOC : http://vigienature.mnhn.fr/page/suivi-hivernal-des-oiseaux-communs-shoc

Contact : Reine Dupas

Document à télécharger :  Bilan SHOC 2014-2017
posté par Édouard Beslot
page :
 
<
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 313

Ligue pour la Protection des Oiseaux délégation Anjou
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2019