www.faune-anjou.org
 Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionature
Accueil
 
Nos partenaires
Consulter
  Les observations
    - 
Les 2 derniers jours
    - 
Les 5 derniers jours
    - 
Les 15 derniers jours
     Cartes en temps réel
       - 
Hirondelle rustique 2019
       - 
Hirondelle de rivage 2019
       - 
Hirondelle de fenêtre 2019
       - 
Martinet noir 2019
       - 
Fauvette pitchou 2019
       - 
Fauvette pitchou 2018
       - 
Tadorne de Belon 18-19
       - 
Écureuil roux 17-19
       - 
Castor d'Eurasie 2019
       - 
Castor d'Eurasie 17-18
       - 
Loutre d'Europe 2019
       - 
Loutre d'Europe 17-18
       - 
Vipère aspic 17-19
       - 
Vipère péliade 17-19
       - 
Rainette verte 17-19
       - 
Mulet porc 17-19
       - 
Petite Tortue 2019
       - 
Demi-deuil 2019
       - 
Demi-deuil 17-18
       - 
Azuré du serpolet 2019
       - 
Pyrale du Buis 17-19
       - 
Grillon champêtre 2019
       - 
Mante religieuse 17-19
       - 
Phasme gaulois 17-19
       - 
Coccinelle à sept points 2019
       - 
Graphosome d’Italie (Punaise arlequin) 17-19
       - 
Punaise américaine 17-19
       - 
Ascalaphe ambré 17-19
       - 
Escargot de Bourgogne 17-19
       - 
Elégante striée 17-19
       - 
Argiope frelon 17-19
       - 
Chirocephalus diaphanus 17-19
       - 
Lepidurus apus 17-19
 - 
Galeries photos
Informations
 - 
Toutes les actualités
 - 
Sur votre agenda
  Aide
    - 
Qui fait quoi ?
    - 
Espèces à publication limitée
    - 
Explication des symboles et des codes atlas
    - 
Foire aux questions (FAQ)
  Statistiques d'utilisation
Atlas faune en Maine-et-Loire
 - 
Atlas des oiseaux nicheurs de Maine-et-Loire
 - 
Les espèces de votre commune/les communes de votre espèce
 - 
Atlas tous taxons
Enquêtes en cours
Site LPO Anjou
 - 
Site LPO Anjou
Comité d'homologation départemental
 - 
Homologations non publiées (2015-2018)
 - 
Liste des espèces à homologuer
 - 
Présentation CHD 49
 - 
Homologations publiées (1995-2014)
 - 
Comité d'homologation national (CHN)
Publications
Synthèses
  Liste des oiseaux de Maine-et-Loire
 - 
Dates d'arrivée des migrateurs prénuptiaux
 - 
Synthèses trimestrielles
 - 
Téléchargements
 - 
Où voir les oiseaux en Maine-et-Loire ?
 - 
Données de baguage en Maine-et-Loire
 - 
Liste des oiseaux de France
 - 
Liste des oiseaux ouest-paléarctiques
Bases voisines
Code de déontologie Faune-Anjou
Listes de discussion
Les liens

Toutes les actualités
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 314
 
vendredi 5 juillet 2019
Oiseaux
Aidez-nous à empêcher la chasse d’oiseaux en danger

Tourterelle des bois (Streptopelia turtur) - Crédit photo : Aurélien Audevard

Tourterelle des bois (Streptopelia turtur) - Crédit photo : Aurélien Audevard

Le Ministère de la transition écologique et solidaire veut autoriser la chasse de 30 000 Tourterelles des boisde 6 000 Courlis cendrés pour la saison 2019-2020 en France métropolitaine. En revanche et heureusement il prévoit de suspendre la chasse de la Barge à queue noire mais pour un an seulement !

Pour la Tourterelle des bois et le Courlis cendré, nous vous invitons à donner un avis défavorable.

Pour la Barge à queue noire, nous vous invitons à donner un avis favorable au moratoire sur la chasse de la Barge à queue noire en demandant que sa durée soit portée à trois ans, au lieu d’une seule année.

Vous trouverez pour chaque espèce le lien vers la consultation, ainsi que des éléments de compréhension et de réponse dont vous pourrez vous inspirer. Chaque témoignage doit être personnel. La consultation se termine le 25 juillet.

Merci pour votre mobilisation !


En mars 2019, le ministère se félicitait de la création d'un Comité d'experts sur la gestion adaptative (CEGA) qui devait examiner les possibilités de prélèvements de la Tourterelle des bois, du Courlis cendré et de la Barge à queue noire en fonction de l’état de conservation de ces populations. Après examen de l’ensemble des éléments, le CEGA a rendu ses avis sur les trois espèces. Peu soucieux des éléments scientifiques justifiant l’arrêt de la chasse à la Tourterelle des bois et du Courlis cendré le ministère n’a suivi aucun des avis de ce groupe d’experts. Le ministère ne fait que répondre à « la commande de la Fédération nationale des chasseurs  » qui avait soutenu Macron aux élections européennes de mai dernier.

Pour la Tourterelle des bois

En raison du déclin prononcé de sa population (- 80  % despuis 1980 en Europe- 48  % depuis 2001 en France), l’espèce est classée dans la catégorie « Vulnérable  » de la liste des espèces menacées de disparition de l’UICN. Le plan d’action international de l’espèce 2018-2028, démontre clairement que les prélèvements sur l’Ouest de l’Europe sont non soutenables pour la population qui doit, en plus de la destruction/dégradation de son habitat (bocage…), supporter un prélèvement de près de 1,1 million d’individus en Espagne, France, Portugal et Italie. Le CEGA a, compte tenu des paramètres démographiques de la population, préconisé dans son avis au ministère la mise en place d’un moratoire temporaire des prélèvements de cette espèce (suspension de sa chasse).

C’est donc un quota ZÉRO et non 30 000 oiseaux qu’il faut instaurer pour tenter de sauver l’espèce et le projet d’arrêté soumis à consultation ignore totalement l’avertissement/l’exhortation du comité d’experts.

Dites non au projet d’arrêté autorisant la chasse de 30 000 Tourterelles des bois et exiger la suspension totale de sa chasse (quota = 0).

Le Courlis cendré

En raison du déclin prononcé de sa population (- 43  % depuis 1980 en Europe- 68  % depuis 2001 en France), l’espèce est aussi classée dans la catégorie « Vulnérable  » de la liste des espèces menacées de disparition de l’UICN en Europe. Le plan d’action international pour la conservation de la population européenne de Courlis cendré demande à la France depuis 2015 de mettre en place une gestion adaptative des prélèvements de cette espèce menacée. À défaut, le plan international recommande à la France d’appliquer un moratoire total sur la chasse du Courlis cendré. Le comité d'experts, dans son avis, préconise un arrêt de la chasse de cette espèce menacée d’autant que qu’il n’y a aucune donnée qui permette d’apprécier l’origine et l’âge des individus prélevés, ainsi que sur les tableaux de prélèvements annuels du courlis (obligatoires pour tous les limicoles chassés sur le domaine public maritime). Les chasseurs ont refusé de faire remonter les informations depuis 2015 sur les données indispensables à l’étude de la soutenabilité des prélèvements sur la population. Le gouvernement leur donne cette année encore raison. Le Courlis cendré est un limicole très sensible à la chasse (espèce longévive à maturité sexuelle tardive et faible fécondité). La France est ainsi le dernier pays d’Europe a encore chasser cette espèce. Les efforts des pays européens d’où sont originaires une partie de nos hivernants (Royaume-Uni, Allemagne, Pays-Bas, Scandinavie et Pologne) pour tenter de redresser le succès reproducteur de leurs populations, altéré par la destruction/dégradation de leurs habitats, ne peuvent être ainsi piétinés : l’espèce se porte mal en Europe, nous ne pouvons continuer de chasser le Courlis cendré !

C’est donc un quota ZÉRO et non 6 000 oiseaux qu’il faut instaurer pour ne pas nuire à la conservation de l’espèce et le projet d’arrêté soumis à consultation ignore totalement les recommandations du comité d’experts.

Dites non au projet d'arrêté autorisant la chasse de 6 000 Courlis cendrés et exiger la suspension totale de sa chasse (quota= 0) sur tout le territoire.

La Barge à queue noire

En raison du déclin prononcé de la sous-espèce continentale de Barge à queue noire (Limosa limosalimosa), l’ensemble des pays de la voie de migration se sont engagés dans le plan international d’action de l'AEWA, reconduit en décembre 2018 pour une période de 10 ans, à ne plus ni chasser la sous-espèce continentale, ni la sous-espèce islandaise (L. l. islandica) de Barge à queue noire. Le Comité d’expert, dans son avis, donne une possibilité aux chasseurs de prélever 300 individus de la sous-espèce islandaise en limitant la période d’ouverture de la chasse à novembre et décembre pour minimiser le risque de prélever des individus de la sous-espèce continentale. Le ministère, selon ses obligations internationales, a préféré renouveler d’un an le moratoire sur la chasse de l’espèce juste pour avoir le temps de renégocier son engagement à l’international. Ceci n’est pas assez : le moratoire doit être reconduit sur une durée minimale de 3 ans. Les dernières saisons de reproduction de la Barge à queue noire en Islande ne sont pas rassurantes pour la population qui pourrait suivre le déclin de la population continentale. Les pressions et menaces que connaissent les limicoles prairiaux en Europe commencent à sévir également en Islande. Cette population qui a fortement progressé en profitant du changement climatique ne semble plus dans la même dynamique.

C’est donc un quota ZÉRO sur 3 ans (et non 1 an) qu’il faut instaurer pour ne pas nuire à la conservation de l’espèce.

Dites « OUI MAIS 3 ANS » au projet d’arrêté suspendant la chasse de la Barge à queue noire pour une seule année.

posté par Alain Fossé (admin)
 
mardi 4 juin 2019
Mammifères marins
Un phoque dans la Loire !
posté par Alain Fossé (admin)
 
mercredi 29 mai 2019
Oiseaux
Grand Cormoran hivernant
posté par Édouard Beslot
 
mercredi 29 mai 2019
Oiseaux
Ardéidés nicheurs en France
posté par Édouard Beslot
 
mercredi 22 mai 2019
Oiseaux
Comptage national des oiseaux des jardins les 25 et 26 mai
posté par Alain Fossé (admin)
 
mercredi 8 mai 2019
Oiseaux
Bilan du comptage national des oiseaux des jardins de janvier 2019
posté par Alain Fossé (admin)
 
mercredi 10 avril 2019
Amphibiens
Week-end herpétologique 3-5 mai
posté par Édouard Beslot
 
mardi 2 avril 2019
Oiseaux
Grand Cormoran nicheur en France
posté par Édouard Beslot
 
mardi 26 mars 2019
NaturaList sur iOS
posté par Alain Fossé (admin)
 
mardi 19 mars 2019
Oiseaux
Goélands bagués, quoi faire ?
posté par Édouard Beslot
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 314

Ligue pour la Protection des Oiseaux délégation Anjou
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2019