www.faune-anjou.org
 Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionature
Accueil
 
Nos partenaires
Consulter
  Les observations
    - 
Les 2 derniers jours
    - 
Les 5 derniers jours
    - 
Les 15 derniers jours
     Cartes en temps réel
       - 
Mésange noire 17-18
       - 
Râle des genêts 2018
       - 
Tarin des aulnes 17-18
       - 
Grosbec casse-noyaux 17-18
       - 
Sizerin cabaret 17-18
       - 
Sizerin flammé 17-18
       - 
Sizerin indéterminé 17-18
       - 
Fauvette pitchou 15-17
       - 
Écureuil roux 16-17
       - 
Muscardin 16-17
       - 
Lézard des murailles 16-17
       - 
Lézard vert occidental 16-17
       - 
Crapaud commun ou épineux 16-17
       - 
Grenouille agile 16-17
       - 
Triton crêté 16-17
       - 
Triton marbré 16-17
       - 
Pélodyte ponctué 16-17
       - 
Salamandre tachetée 16-17
       - 
Xénope lisse 15-17
       - 
Anax napolitain 2017
       - 
Anax napolitain 15-17
       - 
Rosalie des Alpes 15-17
       - 
Lucane cerf-volant 15-17
       - 
Ver luisant 15-17
       - 
Phasme gaulois 15-17
       - 
Mante religieuse 14-17
       - 
Grand Paon de nuit 15-17
       - 
Petit Paon de nuit 15-17
       - 
Ascalaphe ambré 15-17
       - 
Ascalaphe ambré 2017
 - 
Galeries photos
Informations
 - 
Toutes les actualités
 - 
Sur votre agenda
  Aide
    - 
Qui fait quoi ?
    - 
Espèces à publication limitée
    - 
Explication des symboles et des codes atlas
    - 
Foire aux questions (FAQ)
  Statistiques d'utilisation
Atlas faune en Maine-et-Loire
 - 
Atlas des oiseaux nicheurs de Maine-et-Loire
 - 
Les espèces de votre commune/les communes de votre espèce
 - 
Atlas tous taxons
Enquêtes en cours
Comité d'homologation départemental
Publications
Synthèses
Bases voisines
Code de déontologie Faune-Anjou
Listes de discussion
Les liens

Toutes les actualités
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 289
 
vendredi 20 avril 2018
Amphibiens
Week-end de prospections herpétologiques en Anjou

Un week-end de prospections herpétologiques est organisé les 4 (soirée), 5 et 6 mai en Maine-et-Loire, dans les secteurs bocagers à l'ouest d'Angers.

Pour en savoir plus rendez-vous sur le site du Groupe herpétologique des Pays de la Loire : http://www.groupeherpetopdl.org/we-de-prospection

Contact : Edouard Beslot

Triton marbré (photo : Benoît Marchadour)

posté par Édouard Beslot
 
mercredi 18 avril 2018
Oiseaux
Enquête nationale Râle des genêts

Les Râles des genêts sont de retour dans les prairies alluviales de l’Anjou !  Les premiers râles de la saison ont été entendus ce week-end dans les Basses Vallées Angevines (49).

2018 fait l’objet d’une nouvelle enquête nationale de dénombrement de l’espèce. Les résultats de cette enquête, qui entrent dans le cadre du 2e plan national d’actions, permettront d’évaluer plus finement la taille de la population en France.

Pour rappel, la dernière enquête, datant de 2014, estimait la population française à 226-253 mâles chanteurs. Avec une baisse d’effectifs de plus de 90 % en quarante ans, l’espèce est gravement menacée de disparition sur notre territoire national. Aujourd’hui, le constat est encore plus alarmant puisque la dernière estimation pour l’année 2017 est de 87-109 mâles chanteurs…

Malgré ce bilan, il est toujours nécessaire et indispensable de suivre l’évolution de la population française de Râles des genêts et de relever le défi de sa préservation !

Vous souhaitez participer à cette grande enquête, contribuer à l’amélioration des connaissances, obtenir des informations sur les actions menées… N’hésitez pas à contacter le coordinateur de votre région.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter le blog dédié au plan national d’actions ou plus directement les dernières nouvelles du réseau (ici) et le protocole de suivi (ici). 

Contact : Samuel Havet ou Manon Viel

Râle des genêts mâle, Basses Vallées Angevines (photo : Louis-Marie Préau)

posté par Édouard Beslot
 
vendredi 13 avril 2018
Oiseaux
STOC-EPS : Plaisir… utile… meilleure prise en compte de la biodiversité !

À l’attention de toutes les personnes qui ont fait, font… et qui hésitent à en faire…

Message de l'équipe du STOC-EPS du Muséum/Coordination nationale (Anne Dozières, Benoît Fontaine, Frédéric Jiguet, Romain Lorrillière) :

« Vous avez certainement vu passer ces derniers jours dans la presse les chiffres alarmants sur le déclin des oiseaux en milieu agricole. Des chiffres qui ont été repris plus de 300 fois dans la presse écrite, télé ou radio, nationale et internationale. Des chiffres qui ont été repris par Nicolas Hulot à l'Assemblée nationale. Des chiffres qui laissent peu de monde indifférent, qui participent à une prise de conscience collective de l'impact de notre société sur la biodiversité. Des chiffres qui, nous l'espérons, contribueront à faire bouger les choses dans le bon sens, chez les élus, chez les professionnels des différentes filières (agriculteurs, distributeurs, entreprises phytosanitaires notamment), mais aussi chez tous les citoyens-consommateurs.

Ces chiffres, vous le savez sans doute, sont le fruit des données que vous avez collectées, année après année, sur vos carrés STOC. Des centaines de milliers de données concernant des espèces souvent très communes, peu spectaculaires. Ces données sont collectées certes par plaisir, mais aussi parce que vous avez le sens de l'intérêt général, que vous pensez que ça vaut le coup de vous rendre aux aurores dans des paysages souvent banals pour apporter votre contribution à un projet commun. Peut-être aussi parce que vous voulez aider à comprendre la biodiversité pour mieux la préserver.

Le communiqué de presse a mis l'accent sur les résultats, et n'évoque pas le caractère participatif du suivi, car nous voulions avant tout alerter l'opinion sur la gravité de la situation. Mais nous tenons néanmoins dans ce message à reconnaître l'importance de la participation de chacun d'entre vous. Sans vous, ces chiffres n'existeraient pas, et nous ne pourrions pas, collectivement, avoir un impact aussi fort sur l'opinion.

Alors, bravo à tous et merci pour votre engagement ! »

 

N’hésitez pas à vous lancer dans le STOC-EPS, c’est le moment !  

Protocole : << ici >>

Contact : Reine Dupas (coordinatrice départementale).

posté par Édouard Beslot
 
jeudi 22 mars 2018
Amphibiens
Crapaud commun… pas si commun !

En 2013, une étude phylogénétique (Arntzen et al., 2013) proposait de passer au rang d’espèce les deux sous-espèces de Crapaud commun reconnues en France : Bufo bufo bufo et Bufo bufo spinosus. Jusque-là le changement proposé n’était pas validé par la Société herpétologique de France (SHF) et le Muséum national d’histoire naturelle (MNHN). En ce début d’année 2018 c’est désormais chose faite suite à une nouvelle étude plus complète. V. la liste officielle des espèces de France : http://lashf.org/liste-taxinomique/

Des critères morphologiques de distinction étaient déjà répertoriés par certains auteurs pour différencier les deux sous-espèces. Ils se confirment dans les dernières études menées. Les glandes parotoïdes convergentes vers le museau versus parallèles, la forme large et pointue versus arrondie du tubercule métatarsien permettent de différencier respectivement le Crapaud épineux du Crapaud commun.

La zone de contact identifiée pour ces deux espèces est une diagonale française allant de Basse-Normandie en Rhône-Alpes. Au nord de cette ligne serait présent le Crapaud commun Bufo bufo, au sud, le Crapaud épineux Bufo spinosus.

Notre bon vieux Crapaud commun cède donc sa place au Crapaud épineux en Anjou !

posté par Édouard Beslot
 
mardi 13 mars 2018
Amphibiens
Atlas herpétologique des Pays de la Loire

C’est parti pour la 3e année !

La Coordination régionale LPO Pays de la Loire et l’Union régionale des CPIE ont lancé en 2016 un Atlas de répartition sur les amphibiens et reptiles. Le projet se base en grande partie sur les observations aléatoires que tout un chacun peut effectuer lors de ses pérégrinations naturalistes. En outre, vous êtes certainement nombreux à observer des Crapauds communs, Lézards des murailles ou bien encore des Orvets fragiles dans votre jardin, votre potager, dans votre garage… Ces observations sont précieuses. N’hésitez pas à nous en faire part via notre base de données en ligne (www.faune-anjou.org). Si vous possédez une mare, que vous y avez déjà vu des grenouilles ou des tritons mais que vous ne savez pas les identifier, prenez des photos et envoyez-les-nous, nous vous aiderons à mettre un nom sur ces « bêtes » qui peuplent votre mare !

Pour rappel un site Internet a été mis en place dans le cadre du projet d’atlas par le Groupe hérpétologique des Pays de la Loire : www.groupeherpetopdl.org. Vous pouvez y retrouver des documents d’aide à l’identification des espèces, l’ensemble des cartes espèces mises à jour à la fin de 2017 à l'échelle régionale et les dates des temps forts qui rythment l’atlas (formations, week-ends de prospection). Vous pouvez d’ores et déjà noter les dates du 5 et 6 mai (et vendredi 4 au soir) pour le week-end de prospections concertées qui se déroulera en Anjou dans le sud du Segréen à l’ouest d’Angers.

Si vous souhaitez vous impliquer plus fortement dans le projet n’hésitez pas à venir vers nous afin que nous vous orientions dans les prospections autour de chez vous (espèces à cibler, espèces manquantes, sites à inventorier…). D’une manière générale, suite à la réunion des coordinateurs du projet qui a eu lieu début janvier, quelques manques ont déjà été répertoriés en Anjou :

  • Couleuvre helvétique (de son ancien nom, Couleuvre à collier) : carte de répartition montrant un trou entre Mauges et Saumurois… Réelle absence ou biais de prospection ?
  • Crapaud calamite : actualisation des données anciennes (= « L’espèce est-elle toujours présente ? »).
  • Grenouille agile : carte de répartition montrant un trou dans le Segréen.
  • Grenouille rousse : actualisation des données anciennes du Baugeois.
  • Triton crêté : carte de répartition montrant un trou dans le sud du Baugeois (nord vallée de l’Authion).
  • Triton marbré : actualisation des données anciennes.
  • Triton ponctué : à rechercher dans les Basses Vallées Angevines et en bords de Loire, en particulier sur le secteur amont (Ponts-de-Cé à Montsoreau).
  • Vipère péliade : actualisation des données anciennes…

Avec le redoux et les pluies fines qui règnent en ce moment, n’hésitez pas à faire quelques sorties pour tenter de répondre à ces interrogations.

ContactÉdouard Beslot

Triton marbré, femelle (Photo : Benoît Marchadour)

posté par Édouard Beslot
 
mardi 13 mars 2018
Nouveau module mortalité

La saisie est désormais possible depuis l’application téléphone NaturaList (pensez à faire une mise à jour !). Vous pouvez désormais indiquer si l'animal est blessé ou mort et en noter clairement la cause. Il permet aussi de renseigner les cas de blessure ou de décès de cause inconnue.

De plus, le module a été amélioré (meilleure ergonomie) sur le portail de saisie en ligne.

Nous vous invitons à utiliser le module mortalité systématiquement quand l'occasion se présente : amphibiens ou mammifères écrasés sur la route, choc contre une baie vitrée, chute d'une chouette dans une cheminée, échouage d'un dauphin sur une plage…

L’accumulation des données permet d’identifier des « points noirs » et ainsi travailler à limiter voire arrêter les impacts !

À titre d’exemple, 2 crapauducs (dispositif de franchissement des routes pour les amphibiens) existent en Maine-et-Loire (Rou-Marson et Angers) et récemment un écuroduc (pour les écureuils) a été installé à Angers.

posté par Édouard Beslot
 
mardi 6 mars 2018
Oiseaux
Estimation des Populations d’Oiseaux Communs (EPOC)

Avec le redoux qui arrive, l'activité des oiseaux chanteurs se fait de plus en plus ressentir. Dans un contexte d'érosion de l'avifaune qui se poursuit, il est primordial de renforcer nos connaissances sur les espèces communes qui voient leur statut se dégrader au gré des listes rouges nationales. Au printemps 2017, la LPO, en collaboration avec le MNHN, a lancé l'enquête EPOC sur les estimations des populations d'oiseaux communs.

Les premiers résultats du printemps 2017 sont encourageants et incitent à poursuivre l’effort en 2018. Avec votre participation active, ce sont près de 8 000 EPOC qui ont été réalisés dans 71 départements par plusieurs centaines d'observateurs.

Pour rappel, le protocole EPOC se résume suivant 5 modalités :

  • Point d’écoute en position fixe sur une durée de 5 minutes ;
  • Point d’écoute placé selon le choix de l’observateur ;
  • Localisation précise de tous les individus contactés ;
  • Comptage exhaustif de tous les individus de toutes les espèces détectées ;
  • Différenciation des individus locaux (posés, chanteurs, petits déplacements) des individus en transit (vol en formation, vol direct, vol haute altitude).

Aucun réplica n’est demandé et l’observateur peut réaliser le nombre de points qu’il souhaite et quand il veut !

Dans le document ci-joint, en plus du contexte de l’enquête et du protocole EPOC, vous trouverez un tutoriel de saisie permettant de saisir facilement vos points d’écoute sur les bases VisioNature (p. ex. Faune-Anjou) ou directement sur le terrain via l’application NaturaList.

Bonnes observations à tous ! 

posté par Édouard Beslot
 
mardi 27 février 2018
Oiseaux
Observatoire des rapaces diurnes

Souvent oublié… pourtant très pertinent pour apprécier l’évolution des rapaces diurnes nicheurs de France !

Ce suivi annuel ou Observatoire rapaces doit permettre d’accroître et d’affiner les connaissances sur l’état des populations et de dégager les tendances et évolutions des rapaces nicheurs de France. Il a donc pour vocation d’orienter les stratégies de conservation des rapaces. Il s’avère notamment être un outil efficace pour déceler d’éventuels déclins et permettre de réagir rapidement. Il est donc un fabuleux outil de connaissance au service de la conservation des rapaces.

C’est la suite de l’enquête Rapaces, lancée entre 2000 et 2002, à laquelle près de 1 700 observateurs avaient participé en recensant tous les rapaces nicheurs diurnes présents sur 1 230 cartes. Suite à cet inventaire, il a été proposé, après discussion avec les coordinateurs, de poursuivre cette enquête sur une base annuelle, avec un échantillonnage très restreint. L’observatoire rapaces reprend strictement les mêmes conditions et le même protocole (carrés identiques, indices de nidification identiques, efforts de prospection similaire) que l’enquête rapaces. Autrement dit, le projet consiste précisément en un recensement le plus exhaustif possible des rapaces nicheurs présents sur un carré de 25 km² dans chaque département. Pour chaque couple recensé, il doit être précisé s’il s’agit d’un couple nicheur certain, probable ou possible (déterminé selon les indices de nidification précisés par la suite). Cinq carrés sont tirés de manière aléatoire chaque année par le CNRS de Chizé. Pour que le projet soit viable et pertinent, au moins un carré doit être recensé par département chaque année. En effet, des simulations réalisées au CNRS de Chizé ont montré que pour les espèces les plus communes, l’estimation nationale de l’abondance est robuste même lorsque l’on ne travaille qu’avec 5 % des carrés centraux. En d’autres termes, avec seulement un carré central sur 20, c’est-à-dire en moyenne seulement un carré par département, il est possible de suivre l’abondance nationale d’une quinzaine d’espèces de rapaces annuellement. Le point crucial est que ces carrés doivent être tirés aléatoirement, pour des raisons de robustesse statistique et donc, de fiabilité des résultats.

Le protocole complet < ici > (site Internet de l’Observatoire rapaces).

En Anjou cette année, les carrés sont :

- 1422 e : nord Loire, partie sud du Segréen ;

- 1423 e : sud Loire, partie est des Mauges ;

- 1621 o : nord Loire, partie ouest du Baugeois (secteur de la forêt de Chambiers) ;

- 1623 e : majoritairement en sud Loire, centré sur Saumur ;

- 1722 o : nord Loire, partie est du Baugeois.

Le 1422 e a trouvé « preneur » et le 1423 e éventuellement, mais si au moins une autre personne vient donner un coup de main. Les carrés peuvent être effectués à plusieurs, alors n’hésitez pas à constituer un groupe pour l’observation ou bien venir aider sur le carré précédent.

La saisie des données se fait sur Faune-Anjou via un module dédié que nous devons au préalable activer, merci de nous contacter si vous voulez participer ! En fonction des espèces il est préférable de commencer dès le mois de mars… Alors n’attendez plus !

Contact : Edouard Beslot

Document à télécharger :  ObsRapacesDiurnestirage2018-7699.pdf
posté par Édouard Beslot
 
lundi 26 février 2018
Oiseaux
Compte rendu du comité d'homologation départemental (CHD49)

Le 17 février dernier, les membres du comité d'homologation départemental de Maine-et-Loire (CHD49) se sont réunis afin de finaliser les derniers avis des fifiches de 2017 et de réviser les listes d'espèces à homologuer (principale et phénologique).

Le CHD 49 a ainsi décidé, à partir du 1.1.18 :

  • de passer la Bécassine sourde en liste principale au vu du peu de données de l'espèce chez nous ;
  • de passer la Marouette ponctuée sur la liste principale pour les sites hors BVA (dans les BVA elle sera à homologuer du 2.9 au 4.4) ;
  • de supprimer la Nette rousse de la liste principale, la Bernache nonnette de la liste phénologique ;
  • de réviser les dates de la liste phénologique d'après la synthèse des observations 2010-2017 de Faune-Anjou qui révèle la phénologie actuelle des espèces non sédentaires.

Vous retrouverez ces listes sur la page Faune-Anjou (avec possibilité de téléchargement au format PDF).

Pour ce qui est des sizerins de l'hiver, le CHD se réunira en session spéciale en avril afin de statuer sur les données : il est demandé aux observateurs, si ce n'est déjà fait, de nous adresser toutes leurs photos. Les données anciennes seront également réattribuées au taxon qui semble le plus pertinent (S. flammé, cabaret ou indéterminé) en fonction des éléments disponibles.

En 2018, les membres du CHD sont : Édouard Beslot, Sylvain Courant, Didier Ferrand, Alain Fossé, Mickaël Jumeau et Éric Van Kalmthout.

(Pour ceux qui ne connaîtraient pas le fonctionnement du CHD, v. page. La liste des oiseaux de Maine-et-Loire est ici. Pour le Comité d'homologation national (CHN) voir page. Fiche d'homologation à télécharger en cliquant sur le triangle blanc.)

Pour le CHD49, Alain Fossé, secrétaire

posté par Alain Fossé (admin)
 
vendredi 2 février 2018
Oiseaux
Bilan Laridés aux dortoirs

Les 12, 13 et 14 janvier derniers les dortoirs de Laridés ont été comptés en Anjou. Les résultats sont les suivants :

  • Lac du Verdon : 6 422 Mouettes rieuses, 1 Goéland cendré, mini. 1 950 Goélands argentés, mini. 1 800 G. bruns, mini. 10 G. leucophées ;
  • Lac de Maine : 12 600 Mouettes rieuses, 10 G. argentés, 1 360 G. bruns, 30 G. leucophées ;
  • Étang de Saint-Aubin/Pouancé : 2 400 Mouettes rieuses, 1 G. cendré, 1 G. argenté, mini. 19 G. bruns ;
  • Loire à Saumur : 1 500 Mouettes rieuses ;
  • Gravières du Sol de Loire/Montjean-sur-Loire : aucun Laridé ;
  • Étang de La Gilière/Saint-Quentin-en-Mauges : aucun Laridé.

Total janvier 2018 (pour comparaison, décembre 2016) :

  • Mouettes rieuses : 22 922 (19 960)
  • Goéland cendré : 2 (1)
  • Goéland argenté : 1 961 (932)
  • Goéland brun : 3 179 (4 703)
  • Goéland leucophée : 40 (108)

Les comptages ont été rendus difficiles, voire impossibles, sur certains sites en raison de la crue de Loire et de ses affluents : un très probable dortoir devait se tenir sur la prairie Bruneau inondée et inaccessible en aval de Montjean-sur-Loire ; de même sur les inondations des Basses Vallées Angevines en amont de l’île Saint-Aubin (où un Goéland marin avait été repéré en après-midi mais non revu ensuite…) ; en outre des dortoirs de Mouettes rieuses ont pu échapper sur des tronçons de Loire en amont des Ponts-de-Cé.

On constate une forte progression du Goéland argenté au lac du Verdon et une diminution du Leucophée, peut-être en relation avec la baisse de son effectif nicheur enregistré en 2017 sur la Loire angevine.

Merci à tous les participants  : M. Aubry, S. Béasse, É. Beslot, D. et P. Bizien, J.-M. Bottereau, Br. Charpentier, S. Codarini, S. Dubuc, D. Farges, D. Ferrand, A. Gérard, C. Lechevallier, J.-M. Logeais, P. Raboin, Fr. Recoquillon, L. Roger, A. Ruchaud et J.-D. Vrignault.

Contact  : Jean-Claude Beaudoin

posté par Édouard Beslot
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 289

Ligue pour la Protection des Oiseaux délégation Anjou
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2018