www.faune-anjou.org
 Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionature
Accueil
 
Nos partenaires
Consulter les observations
  Les observations
    - 
Les 2 derniers jours
    - 
Les 5 derniers jours
    - 
Les 15 derniers jours
     Cartes en temps réel
       - 
Hibou moyen-duc 15-17
       - 
Chevêche d'Athéna 15-17
       - 
Chouette hulotte 15-17
       - 
Effraie des clochers 15-17
       - 
Fauvette pitchou 15-17
       - 
Barge à queue noire 2017
       - 
Râle des genêts 2017
       - 
Écureuil roux 16-17
       - 
Muscardin 16-17
       - 
Lézard des murailles 16-17
       - 
Lézard vert occidental 16-17
       - 
Crapaud commun ou épineux 16-17
       - 
Grenouille agile 16-17
       - 
Triton crêté 16-17
       - 
Triton marbré 16-17
       - 
Pélodyte ponctué 16-17
       - 
Salamandre tachetée 16-17
       - 
Xénope lisse 15-17
       - 
Anax napolitain 2017
       - 
Anax napolitain 15-17
       - 
Rosalie des Alpes 15-17
       - 
Lucane cerf-volant 15-17
       - 
Ver luisant 15-17
       - 
Phasme gaulois 15-17
       - 
Mante religieuse 14-17
       - 
Grand Paon de nuit 15-17
       - 
Petit Paon de nuit 15-17
       - 
Ascalaphe ambré 15-17
       - 
Ascalaphe ambré 2017
 - 
Galeries photos
Informations
 - 
Toutes les actualités
 - 
Sur votre agenda
  Aide
    - 
Qui fait quoi ?
    - 
Espèces à publication limitée
    - 
Explication des symboles et des codes atlas
    - 
Foire aux questions (FAQ)
  Statistiques d'utilisation
Atlas faune en Maine-et-Loire
 - 
Atlas des oiseaux nicheurs de Maine-et-Loire
 - 
Les espèces de votre commune/les communes de votre espèce
 - 
Atlas tous taxons
Comité d'homologation départemental
Publications
Enquêtes en cours
Bases voisines
Synthèses
Code de déontologie Faune-Anjou
Listes de discussion
Les liens

Toutes les actualités
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 267
 
lundi 4 septembre 2017
Mammifères
Lérot, où es-tu ?

Avec la météo bien automnale des derniers jours arrive aussi l'une des périodes les plus propices à l'observation du Lérot et à la récolte de témoignages le concernant.

En effet, ce petit rongeur a l'habitude de profiter de ce moment pour constituer ses réserves en prévisions de longs mois d'hibernation. Pour ce faire, il se gave de fruits de toutes sortes : fruits juteux et sucrés (pommes, raisins, mûres…) ou fruits secs (noix et noisettes). C'est à cette occasion qu'il se rapproche souvent des maisons où les réserves sont stockées et les arbres fruitiers proches… Et comme il aime y faire aussi son abri d'hibernation, souvent il n'y passe pas inaperçu soit par les « marques » sur les fruits à la cave (qu'il a l'habitude de goûter…) soit par les bruits aigus qu'il produit de nuit au-dessus de la chambre à coucher. En réaction, il est souvent victime soit des chats de la maison, soit des « pièges à rat » installés à son intention : les cadavres sont alors retrouvés par les propriétaires, qui pensent d'ailleurs souvent avoir affaire à des Loirs (très proche cousin).

Dans le cadre de l'Atlas des mammifères de Maine-et-Loire porté par les Naturalistes Angevins, l'un des objectifs est d'arriver à voir si la répartition de l'espèce a évolué depuis 1991 (1er atlas départemental). Les régions voisines (Bretagne « historique » en particulier, v. Atlas du GMB, 2015) soupçonnent un déclin, d’ailleurs avéré au niveau européen. À ce jour, la carte de répartition actuelle << ici >> permet difficilement d'interpréter son évolution en Anjou. Et avec seulement 3 nouvelles mailles pour 4 données en 2017 (à fin juin), ça n'avance pas très vite… Toute donnée est donc précieuse :un modèle de prospectus à photocopier est disponible sur demande. Et un petit exercice facile pour chacun : l'espèce est-elle notée sur votre maille ? Sinon, questionnez vos voisins, collègues, agriculteur du coin, « amapiens », etc.

Ce que l'on sait aujourd'hui, c'est qu'avec plus de pelotes analysées, l'espèce est nettement moins présente (15 cas entre 2008 et 2017 contre 26 avant 1991, source : Faune Anjou). Il faut souligner que la méthode n'est pas optimale détecter l'espèce… De même, on voit un nombre de mailles positives comparables entre l'actuelle période atlas (120) et la précédente (113) : mais avec l'effort de prospection actuel ne devrait-il pas en être différemment ? On constate aussi que l'espèce (enfin le groupe Loir/Lérot) est de moins en moins connue des gens que l'on rencontre en prospection (agriculteurs, ruraux, etc). Cela est-il un signe de régression ?

Quant au Loir, des prospections ciblées seront bientôt organisées pour tenter de savoir si l'espèce existe encore en Maine-et-Loire… À suivre, même si nous restons preneurs de témoignages voire de photos ou d'enregistrements sonores !

 

Benjamin Même-Lafond, pour les Naturalistes Angevins

posté par Édouard Beslot
 
mercredi 12 juillet 2017
Amphibiens
Un champignon menace les Salamandres européennes !

Une étude belge fait le point sur les impacts d'un champignon pathogène ayant déjà touché les Salamandres tachetées des Pays-Bas et de Belgique. C'est malheureusement très inquiétant !

Veillez à prendre toutes les précautions lorsque vous faites des inventaires : désinfection de vos bottes, épuisettes…

Consulter l'étude : ici.

posté par Benoît Marchadour
 
mardi 13 juin 2017
Pour en savoir plus sur les invertébrés...

Le GRETIA organise un stage de prospection multi-groupes (invertébrés) en milieux secs sur le secteur de Chalonnes-sur-Loire les 24 et 25 juin 2017 (v. pièce jointe). 

Infos générales et questions pratiques auprès de : Dorian Angot ou Thomas Cherpitel

Document à télécharger :  Fiche_stage_Gretia_Chalonnes
posté par Édouard Beslot
 
lundi 12 juin 2017
Oiseaux
Parution du Crex, no 14

 Le numéro 14 (2017) du Crex sort en version électronique* 

Voici son sommaire :

Alain Fossé & le comité d’homologation départemental 49. — Les oiseaux rares, anachroniques ou d’identification délicate en Maine-et-Loire en 2013 et 2014. p. 3-26 (pdf, 3,4 Mo).

Jean-Michel Logeais & Jean-Do. Vrignault. — Suivi d’un couple nicheur d’Élanions blancs Elanus caeruleus dans le sud du département de Maine-et-Loire en 2015. p. 27-35 (pdf, 2,2 Mo).

Après l’année 2013, année de la découverte du premier couple nicheur d’Élanion blanc en Maine-et-Loire, l’année 2015 voit le département accueillir à nouveau l’espèce avec deux couples nicheurs. C’est dans ce contexte favorable à l’espèce, tant en Maine-et-Loire que dans deux autres départements limitrophes que le suivi d’un couple a été effectué. Outre les informations recueillies sur divers comportements de l’élanion nicheur (de l’installation à l’élevage des jeunes), ce suivi pose aussi la question du statut de l’espèce dans notre région : présence ponctuelle ou début de colonisation ?

Édouard Beslot & Jean-Claude Beaudoin. — Nidification urbaine du Goéland leucophée Larus michahellis, Naumann, 1840, en Maine-et-Loire : retour sur le premier cas de reproduction et évolution. p. 37-44 (pdf, 48,7 Mo). (pdf qualité inf., 3,7 Mo).

Depuis le début des années 2000, la présence régulière en période de reproduction de quelques couples de Goéland leucophée dans l’agglomération d’Angers permettait d’y envisager leur nidification. Des recherches menées dans la zone d’activités Saint-Serge où des soupçons s’étaient fait jour, n’avaient toutefois pas abouti et ce n’est qu’à partir de 2013 que des témoignages apporteront les premières preuves d’une installation urbaine. Depuis, l’espèce se reproduit de la sorte annuellement et a investi plusieurs quartiers d’Angers ainsi qu’un site de la commune voisine de Sainte-Gemmes-sur-Loire.

Jean-Claude Beaudoin. — Progrès récents de l’aire de nidification de la Bergeronnette printanière Motacilla flava flava dans les plaines agricoles du sud-est du département de Maine-et-Loire. p. 45-48 (pdf, 4,6 Mo).

Cette note précise la progression de l’aire de nidification de la Bergeronnette printanière dans les plaines agricoles du sud-est du département de Maine-et-Loire entre 2010 et 2016. À la suite d’une extension à sept communes entre 2001 et 2009, l’espèce occupe désormais vingt nouvelles communes et ses effectifs sont passés de moins de 30 couples en 2009 à environ 120 couples en 2016. Les habitats utilisés sont majoritairement des parcelles de blé.

Jean-Claude Beaudoin. — Présences remarquables au cours de l’hiver 2015-2016 en Maine-et-Loire. p. 49-54 (pdf, 6,4 Mo).

Sont présentées des observations de l’hiver 2015-2016 remarquables à deux titres : des séjours prolongés jusque-là non mentionnés en Maine-et-Loire (Héron pourpré, Cigogne noire, Ibis falcinelle, Spatule blanche, Petit Gravelot, Hirondelle rustique) et des présences avec des effectifs notables (Bihoreau gris, Tichodrome échelette). Ces données sont replacées dans le statut hivernal de chaque espèce tant au niveau local que national.

Robert Hersant. — Cigogne noire Ciconia nigra, un hivernage contraint mais unique en Anjou. p. 55-56 (pdf, 842 ko).

Gilles Mourgaud & Samuel Havet. — Première observation d’une Hypolaïs bottée Iduna caligata en Maine-et-Loire. p. 57-61 (pdf, 833 ko).

 *il est vraisemblable qu'il n'y aura désormais plus de version papier. Les sommaires des numéros 1 à 14 sont à retrouver sur cette page. 

posté par Alain Fossé (admin)
 
lundi 22 mai 2017
Amphibiens
Le Xénope lisse... Espèce exotique envahissante (EEE)

Mieux reconnaître les espèces exotiques envahissantes pour mieux les signaler et les gérer !

Le réseau régional EEE des Pays de la Loire vous propose de découvrir sur le terrain les espèces invasives, notamment les émergentes à l’échelle de la région ou de votre territoire.

Le Conservatoire d’espaces naturels des Pays de la Loire anime le réseau EEE des Pays de la Loire.

Temps fort en Maine-et-Loire : 9 septembre 2017 sur la problématique Xénope lisse. 

Contact : Emmanuel LEHEURTEUX - 02 28 20 58 66/07 68 35 21 18 

Document à télécharger :  RdvExotiquemeconnue2017-7631.pdf
posté par Édouard Beslot
 
lundi 22 mai 2017
Oiseaux
Comptage oiseaux des jardins... c'est ce week-end !

N'oubliez pas, le 2e comptage national des oiseaux des jardins de l’année c'est ce week-end !

Pour participer c'est très simple, il suffit de sortir observer durant 1 h les oiseaux de son jardin et de transmettre ses observations sur la base local ou le site dédié à l'Observatoire oiseaux des jardins.

Pour plus de détails voici comment faire :

  • Choisir un jour de comptage, soit le samedi 27, soit le dimanche 28.
  • Trouver le lieu ! Idéalement votre jardin (mais il peut s’agir d’un jardin public ou privé, pas d’importance). Il vous est aussi possible de participer si vous ne possédez qu’un balcon ou une cour.
  • Observer et noter durant 1 h tous les oiseaux qui visitent votre jardin. Le créneau horaire d'observation est libre, à vous de le choisir en privilégiant la matinée, moment où les oiseaux sont le plus actifs en cette période. Pour chaque espèce, ne dénombrez que l'effectif maximum d’oiseaux observé simultanément.
  • Saisir vos observations sur Faune-Anjou. Si vous n'êtes pas encore inscrits, cela ne vous prendra que quelques petites minutes ! Vous trouverez << ici >> un guide détaillé d’aide à l’inscription et à la saisie de données.

Pour vous aider :

Une fiche de terrain est à votre disposition en téléchargement : Fiche de comptage des oiseaux des jardins. Si malgré cela vous rencontrez un problème pour l’identification d’un oiseau, envoyez une photo à l'adresse de l'Observatoire (oiseauxdesjardins@lpo.fravant le 16 juin 2017. Nous vous aiderons à l'identifier afin de pouvoir l'ajouter à la liste des espèces observées ce week-end !

Pour rappel, le week-end de comptage de janvier dernier a battu le record de participation avec plus de 6 770 jardins impliqués. Arriverons-nous à faire mieux lors du comptage de la fin du mois ? Réponse en juin !

Bonnes observations !

posté par Édouard Beslot
 
lundi 24 avril 2017
Chauves-souris
Réseau chiroptères 49

Nous vous invitons à participer à une réunion du Réseau chiroptères de Maine-et-Loire.

La réunion se tiendra vendredi 28 avril à partir de 18 h au local de la LPO Anjou à Angers : 35 rue de la Barre, possibilité de se garer sur le parking de la salle Claude Chabrol (4 rue de Pruniers).

Habitués comme néophytes, vous êtes tous les bienvenus.

Cette réunion sera l'occasion de faire le bilan des comptages d'hibernation de l'hiver dernier, de faire le point sur les chantiers de nettoyage des dernières semaines et d'organiser les comptages d'été.

Pour les personnes souhaitant s'investir dans ces comptages, cette soirée permettra d'expliquer la méthodologie, préciser les sites à prioriser et de définir à l'avance des dates de comptages.

Pour nous informer de votre venue et ainsi faciliter l'organisation de la soirée, merci de vous inscrire sur le sondage au lien suivant :

https://framadate.org/SHtn7YSZGEA25i6z

 

Contact : Simon Faure - VSC Chiroptères

posté par Édouard Beslot
 
jeudi 20 avril 2017
Oiseaux
EPOC…

Plus d’un mois que l’enquête sur les espèces communes est lancée. Grâce au protocole EPOC, ce sont des milliers de données standardisées qui ont déjà été recueillies et qui vont permettre d'améliorer nos connaissances sur les tailles des populations nationales des espèces communes.

De nombreux observateurs ont déjà adhéré au protocole EPOC et saisissent un grand nombre de leurs données sous forme de formulaire de 5 minutes. Cependant, cette démarche doit se poursuivre et s’intensifier auprès du réseau ornitho.

Nous vous invitons donc à appliquer le protocole EPOC lors de vos sorties naturalistes. Vous êtes partant ? Petit rappel du protocole :

  • Point d’écoute fixe de 5 minutes
  • Point d’écoute placé au gré de l’observateur
  • Comptage exhaustif de tous les individus de toutes les espèces détectées
  • Différenciation individu local/individu en transit

Un seul mot d’ordre : « où vous voulez et quand vous voulez ». Pas besoin de planifier vos EPOC. Vous pouvez en réaliser le nombre que vous souhaitez, qu’importe le lieu ou la date. Il est tout de même conseillé, avec l’augmentation des températures, de privilégier les heures matinales pour profiter du pic d’activité des oiseaux chanteurs.

Pour saisir vos EPOC ? Deux possibilités : avec l’application NaturaList en direct sur le terrain et le pointage précis des individus observés. Ou bien depuis l'ordinateur, à partir des notes prises sur le terrain.

Nous rappelons que malgré leur ressemblance, le protocole EPOC ne vise en aucun cas le remplacement du STOC EPS. Les deux dispositifs sont complémentaires et permettront une couverture renforcée du territoire.

Dès cette année, nous espérons une couverture maximale du territoire français avec plusieurs EPOC dans chaque département. Pour atteindre cet objectif, nous comptons sur vous.

Pour plus de détails, vous pouvez télécharger le guide relatif à cette enquête qui apporte des précisions et des recommandations sur l'application du protocole EPOC.

Merci pour votre participation.

posté par Édouard Beslot
 
mercredi 15 mars 2017
Oiseaux
Suivi des oiseaux communs par points d'écoute…

EPOC ? 

Dès ce printemps, la LPO lance une enquête sur les espèces d’oiseaux communes. En effet, les connaissances sur la taille des populations des oiseaux communs à l’échelle nationale demeurent lacunaires. Ce constat est problématique compte tenu du statut de conservation de plusieurs espèces qui se détériorent.

Ainsi, afin de mieux estimer les populations d’oiseaux communs, la LPO, en collaboration avec le Muséum national d’histoire naturelle, a développé le protocole EPOC (estimation des populations d’oiseaux communs) qui s’appuie sur le réseau VisioNature et la saisie par formulaire.

Actuellement, vous récoltez tous les ans des millions de données de qualité qui permettent de réaliser des cartes de répartition fines mais aussi des phénologies précises pour de nombreuses espèces. Pour aller encore plus loin, nous vous proposons de privilégier la saisie par formulaire et particulièrement le protocole EPOC qui permettra, en le couplant aux suivis STOC-EPS d'estimer des effectifs nationaux pour les espèces communes.

Le protocole EPOC se résume suivant 4 modalités :

  • point d’écoute fixe de 5 minutes ;
  • point d’écoute placé selon l’observateur ;
  • comptage exhaustif de tous les individus de toutes les espèces détectées ;
  • différenciation individu local/individu en transit.

Aucun réplicat n’est demandé et l’observateur peut réaliser le nombre de points qu’il souhaite. Ce qui veut dire « où vous voulez et quand vous voulez » !

Deux modes de saisie sont possibles. Le premier avec l'application mobile NaturaList, donc directement sur le terrain, avec un pointage précis des individus détectés. Et le second, depuis l'ordinateur, à partir des notes prises sur le terrain.

Malgré leur ressemblance, le protocole EPOC ne vise en aucun cas le remplacement du STOC-EPS. Les deux dispositifs sont complémentaires et permettront une couverture renforcée du territoire.

Dans le document ci-joint, en plus du contexte de l’enquête et du protocole EPOC, vous trouverez un tutoriel de saisie permettant de saisir facilement vos points d’écoute sur les bases VisioNature.

Merci pour votre implication pour une meilleure connaissance de notre avifaune commune.

Contact : Édouard Beslot

Alouette lulu (Photo : L. Terrien)

posté par Édouard Beslot
 
mercredi 8 mars 2017
Amphibiens
Atlas herpétologique des Pays de la Loire

Les températures et l'humidité de ces derniers jours sont particulièrement favorables aux déplacements des amphibiens. C'est le moment d'aller faire un petit tour en soirée autour de chez vous ! 

Pour vous aider dans les prospections n'hésitez pas à consulter le site du Groupe herpétologique des Pays de la Loire, vous y trouverez des documents d'identification, des cartes de répartition…

Potentiellement trois espèces doivent pouvoir être observées sur l'ensemble des communes du département. Il s'agit du Crapaud commun, de la Grenouille agile (pontes facilement détectables) et du Triton palmé ! Regardez si ces espèces sont répertoriées sur votre commune (v. onglet à gauche dans Faune-Anjou : "Atlas Faune en Maine-et-Loire" > "Les espèces de votre commune/Les communes de votre espèce") et si ce n'est pas le cas ou si les observations sont anciennes, rendez-vous sur quelques mares et fossés pour les observer. N'hésitez pas à faire des photos en cas de doutes. 

Dans le cadre de l'atlas, un week-end de prospections dans le Vihiersois est organisé par le CPIE Loire Anjou à la fin du mois. Tous les détails concernant ce week-end sont en pièce jointe (pensez à vous inscrire auprès du CPIE). 

Contact : Édouard Beslot

Document à télécharger :  Programme_we_herpéto_2017
posté par Édouard Beslot
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 267

Ligue pour la Protection des Oiseaux délégation Anjou
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2017